Droits de l’homme, genre, eau et assainissement : une trentaine de journalistes africains réfléchissent sur la question





Droits de l'homme,eau,hygiène,assainissement


A l’initiative de WaterAid et SpeakupAfrica, une trentaine de hommes  et femmes de médias  venus du Bénin,  du Burkina Faso, du Cameroun,  de la Gambie,  du Ghana, du Liberia, de la Guinée Bissau, de la Guinée  Conakry, du Niger, du Mali, du Nigeria, du Sénégal,  de la Sierra Leone et du Togo, et membres du réseau des journalistes pour l’eau,  l’hygiène et l’assainissement  (WASH-JN) sont à un séminaire  de formation à  Accra au Ghana depuis le lundi 30 septembre afin de réfléchir sur le thème : "Renforcer le rôle de veille citoyenne des médias dans la mise en œuvre et le suivi des  programmes WASH à travers le prisme du genre, de l’équité et des droits de l’homme". 

Il s’agit pour les organisateurs,  de renforcer les capacités de ces derniers afin de leur permettre de comprendre les engagements pris par leurs partenaires en matière des droits humains (lois nationales, régionales et internationales), de comprendre comment collaborer avec les régulateurs et les commissions nationales des droits humains pour une plus grande redevabilité, de comprendre les "genre et les services AEPHA" et d’encourager la qualité des couvertures médiatiques  portant sur les questions ALPHA, en lien avec les ODD avec une analyse systématique des conséquences du manque d’assainissement sur la santé et les conditions de vie des populations. 

A cet effet, les formateurs, rompus aux questions des droits de l’homme, de l’équité du genre, de l’eau et de l’assainissement, ont, lors de la première journée, fait un diagnostic de la situation. L’on a donc pu comprendre que dans tous les pays, les lois nationales, même si elles ne le mentionnent pas toutes ,  reconnaissent aux populations,  le droit à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement. 
C’est pourquoi, la quasi-totalité des participants a fait le pari, au terme de ces trois jours de travaux,  de faire en sorte de présenter les  droits des populations aux dirigeants afin d’inviter les autorités étatiques à travailler au bien-être  de leurs populations.

Cet atelier prendra fin le jeudi 4 octobre prochain, avec le renouvellement des instances dirigeantes de la coordination ouest africaine de WASH JN, chapeautée par le journaliste béninois Alain Tossounon.
Solange ARALAMON 

 

En lecture en ce moment

Deuil : Eloi Oulaï a tiré sa révérence

Promotion de l’emploi-jeune : Siaka Ouattara ouvre le guichet emploi de Daoukro