Justice : Les avocats de Blé Goudé annoncent leur absence à l’audience de demain





Blé Goudé,Me N'Dri Claver,audience,crime contre prisonniers de guerre,CPI,Cour pénale internationale


Le procès de Charles Blé Goudé en Côte d’Ivoire pour "crimes contre prisonniers de guerre" qui a été renvoyé devant le tribunal criminel, devrait s’ouvrir, demain mercredi 18 décembre. Mais les avocats du prévenu, en conférence de presse, ce mardi, ont annoncé clairement qu’ils n’y prendront par part.
" Nous ne serons pas à cette audience, car nous ne sommes pas des enjoliveurs de la justice", a annoncé Me N’Dri Claver. Qui avait déjà précisé : " notre silence aurait été un manquement à notre devoir de défense. Nous avons donc décidé de dénoncer cet irrespect de la conduite du procès concernant Blé Goudé".
Le conférencier a fait savoir que " Charles Blé Goudé ne peut être jugé en son absence dans une affaire criminelle, d’autant plus que son absence n’est pas due à sa volonté". Pour Me N’Dri Claver, c’est une violation de l’aliéna 3 de l’article 7 de la  Constitution de novembre 2016, qui stipule que tout prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie à l’issue du procès.
" Une personne poursuivie doit être présente à son procès. L’absence de M. Blé Goudé entraîne la nullité de la procédure. L’avocat assiste son client, mais ne le représente pas. Sa présence est capitale à son audience pour y être entendu. Cette programmation de l’audience en l’absence de M. Blé Goudé est une violation des droits de l’accusé" dénonce l’avocat. Qui ajoute : "Nous nous sommes retirés de cette affaire pour être des hommes libres au service de la justice".
Charles Blé Goudé est poursuivi par la justice ivoirienne pour "crime contre prisonniers de guerre", après avoir été acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) des accusations de "crimes de guerre" et "crimes contre l’humanité". Les avocats de l’ex-leader de la jeunesse patriotique de Côte d’Ivoire qui estiment qu’il ne s’agit ni plus ni moins que des mêmes chefs d’accusation et que " nul ne peut être poursuivi deux fois pour les mêmes faits", se sont retirés de la procédure, le 6 novembre dernier. À la suite de ce retrait, le procureur général près la Cour d'appel d'Abidjan avait renvoyé l’affaire devant le tribunal criminel. 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Sila 2019 : Editeurs, auteurs et participants satisfaits se prononcent

Osange Silou-Kieffer, l’épouse de Guy André-Kieffer emportée par le COVID-19