Un retour pas comme les autres







Après sept mois de mission à l’extérieur, l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire Guillaume Kigbafori Soro, regagne son pays. Des milliers et des milliers d’Ivoiriens ont décidé de lui réserver un accueil populaire.

Guillaume Soro ne revient pas en Côte d’Ivoire comme il en est parti il y a sept mois. Il n’est plus le même Guillaume Soro. Il y a sept mois, quand il s’envolait pour l’extérieur, c’était l’ancien chef du Parlement ivoirien, le député de Ferkessédougou commune, le président du Comité politique, une structure qu’il a créée au lendemain de sa démission de présidence de l’Assemblée nationale, pour offrir « un nouveau cadre d’expression politique et proposer une nouvelle offre politique ivoiriens ». Entre cette période et aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, d’autres cordes sont nées sur son arc. Il regagne Abidjan avec de nouvelles casquettes, mais surtout de grandes responsabilités et de grandes ambitions pour son pays.

En effet, comme vous le savez, Guillaume Soro rentre en Côte d’Ivoire avec le statut de premier poids lourd de la politique ivoirienne ayant déclaré sa candidature à l’élection présidentielle. Il a fait cette déclaration pour la toute première fois le samedi 12 octobre lors de la crush party de Valencia en Espagne. Une date un et lieu entrés dans l’histoire.

Un voyage entré dans l’histoire

Quelques jours plus tard, l’élu de Ferké confirmera cette importante décision au cours d’une interview accordée à France 24 et RFI, apportant du baume au cœur de ses concitoyens qui attendaient cette annonce depuis des années. Souvenez-vous, il y a quelques mois, après son départ de la tête du Parlement, nous étions plus de huit cent mille (800 000) électeurs à signer une pétition pour réclamer cette candidature. Aujourd’hui, c’est fait, « c’est décidé ».

Guillaume Soro rentre en Côte d’Ivoire aussi avec la casquette de président de Générations et peuples Solidaires (GPS), un mouvement politique original aussi bien dans son appellation que dans son contenu : le rassemblement des Ivoiriens sans distinction d’ethnie, de religion, de région ni de partis politiques, unis uniquement par leur vision commune d’une Côte d’Ivoire nouvelle, un peuple véritablement réconcilié, un pays prospère, l’équité et la justice pour chaque fils et fille de la Nation ivoirienne. Le GPS, comme son nom l’indique, vient donc comme un repère pour tous les Ivoiriens qui rêvent de cette Côte d’Ivoire nouvelle où « la politique se fait autrement ». Et l’engouement suscité par ce mouvement, qui a enregistré l’adhésion de plus de Quarante mille (40 000) Ivoiriens dès son premier mois d’existence, confirme le leadership et la popularité de l’homme qui rentre d’Europe avec une nouvelle mission. Voilà pourquoi des dizaines de milliers d’Ivoiriens ont décidé de célébrer par une mobilisation historique ce retour pas comme les autres. Ils ont décidé de se rendre massivement à l’aéroport Félix Houphouet-Boigny pour en faire une grande fête, la fête de l’espoir, la fête d’un nouveau soleil qui se lève sur la Côte d’Ivoire.

Mais comme il fallait s’y attendre, cette effervescence pour Soro n’a pas laissé serein et inactif le pouvoir Rhdp dont il est devenu le principal adversaire politique. Celui-ci a donc multiplié les entraves pour empêcher cet accueil populaire. Mais quoi qu’il fasse, les admirateurs de Guillaume Soro sont en fête depuis le 12 octobre 2019. Rien ne tuera cette joie permanente dans leur cœur. En chœur, les Ivoiriens disent : Bienvenu, Fotamana, Akwaba, I dansé, Assééé, Ayokaaa… Guillaume Soro ! 

Cissé Sindou

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/ Andé: Un match de football à l’origine d’un conflit communautaire à Brou Akpahoussou

Elections à la Fif : Didier Drogba reçoit d’importants soutiens