Trafic d'espèce protégée: Coronavirus , le Pangolin indexé !





Coronavirus


Une équipe de scientifiques chinois soupçonne le pangolin d’avoir été une courroie de transmission entre la chauve-souris et l’homme. Ce petit mammifère à écailles est selon les experts l’intermédiaire ayant permis le passage du virus de la chauve-souris à l’homme.

Déjà, on estime au nombre des personnes contaminées des chiffres compris entre 31.000 et 68.000. Des analyses génétiques analysées par les scientifiques chinois ont montré que les virus contractés par les hommes et les pangolins étaient semblables à 99%.

Une affirmation qui laisse pour le moment des scientifiques du domaine environnemental perplexe. Mais pour Bruno David, président du Museum National d’Histoire Naturelle en France, c’est un signal de plus que la chasse aux animaux sauvages doit cesser au plus vite, notamment celle du pangolin.

“J’espère que cela servira au moins de leçon, et que l’on arrêtera d’aller chasser des animaux sauvages. Cela pose problème”, affirme Bruno David sur Europe 1. En voie d’extinction, le pangolin continue d’être chassé pour sa viande, très appréciée, et ses écailles. La médecine traditionnelle chinoise leur confère notamment des vertusthérapeutiques. Pour ces croyances, aucun fondement scientifique n’a été trouvé. Selon une étude internationale, publiée en juillet 2017 dans la revue Conservation letters, chaque année entre 500 000 et 2,7 millions pangolins seraient capturés pour trafic dans les forêts, un chiffre qui en ferait augmenter le risque d’attraper le coronavirus du fait la manipulation et de la consommation de la viande de pangolin. Inoffensif et malvoyant, il vit dans les zones tropicales humides ou équatoriales.

Notre pays la Côte d’Ivoire fait partie des zones équatoriales. Et bien évidemment, ses forêts regorgent des pangolins. Mais le braconnage et le commerce illégal lié aux écailles de pangolin sont entrain de décimer les pangolins dans le pays. Rien qu’en une seule année 2017, les autorités ivoiriennes appuyées techniquement de l’ONG EAGLE-Côte d’Ivoire, 3000 kg, soit 3 tonnes d’écailles de pangolin ont fait l’objet d’une saisie record. Cette saisie a conduit à l’arrestation de huit trafiquants opérant dans le trafic d’écailles de pangolin.Il est presque braconné partout dans les zones équatoriales. En2019 au Cameroun, grâce à l’appui technique de l’ONG-LAGA issue de EAGLE Network, 2 tonnes d’écailles avaient fait objet de saisie par les autorités camerounaises. D’autres exemples de saisie, était la saisie record de 8 tonnes d’écailles de pangolin saisie au Vietnam l’année dernière provenaient selon les autorités vietnamiennes du Nigéria. L’animal est déclaré intégralement protégé en 2016 à l’issu du traité de la Convention Internationale sur le Commerce d’Espèces Sauvages Menacées (CITES). Et donc toute chasse, et commercialisation de l’espèce sont interdites sous peine de poursuites judiciaires. Pourtant en débit de cette interdiction, et des lois existantes, l’espèce pangolin reste l’animal sauvages le plus braconné au monde. Mais disons tous stop à la tuerie, commercialisation et la consommation du pangolin car il n’est plus question de la seule survie du pangolin, mais de nous aussi, les humains en ces temps de coronavirus.

Source Eagle-Côte d’Ivoire

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le geste de grande classe de Zaha contre le Coronavirus

Bogota, le Génie de Kpo et la nouvelle vie