Le président de la BAD à Dominique Ouattara: "vous donnez de l’espoir aux populations démunies"





Dominique Ouattara,Hôpital mère-enfant,Président de la Bad


Le président de la Banque Africaine de Développement Akinwumi Adesina, à l'issue d'une visite guidée qu'il a effectué lundi à l’Hôpital Mère-Enfant Dominique Ouattara de Bingerville, a exprimé son admiration devant le joyau architectural et le plateau technique de dernière génération. 
Admiratif devant le chef d’œuvre architectural et le plateau technique de dernière génération de l’HME de Bingerville,  M. Akinwumi Adesina, Président de la Banque Africaine de Développement (BAD)  n’a pas tari d’éloges à l'endroit de Dominique Ouattara.
Il a tenu à saluer l’engagement de Madame Dominique Ouattara pour le bien-être du couple mère-enfant et en faveur des populations démunies. 
« Vous donnez de l’espoir aux populations démunies. Votre hôpital donne de l’espoir aux enfants et à leurs mères.  (…) Vous êtes un exemple pour l’Afrique », a félicité le Président de la Banque Africaine de Développement.

La première dame, s'est réjoui de la visite du président de la BAD.  Pour elle cette visite témoigne de l'intérêt qu'il accordé aux actions de la Fondation Children of Africa.

Elle a rappelé que la construction de cet hopital, d'un coût Il de 25 milliards de FCFA, financé sur fonds entièrement privés, grâce au soutien de nos généreux donateurs répondait à l’objectif d’offrir aux mamans et à leurs enfants, des soins spécifiques de haut niveau dont ils ont besoin.
"Aujourd’hui, après 2 ans de fonctionnement, l’hôpital a déjà reçu  68 000 patients, et est très apprécié des populations", a-t-elle ajouté .
Cette visite a enregistré la présence  de M. Eugène Aka Aouélé, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique ; M. Adama Koné,  Administrateur pour la Côte d’Ivoire à  la Bad; des membres de la BAD et le personnel de l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville. 

Lambert KOUAME 

En lecture en ce moment

Intoxication à Abatta : Ce que révèlent les conclusions de l’enquête

Encore des ‘’mauvais perdants’’