Rafles intempestives : le commissaire du gouvernement met un officier de police aux arrêts





Ange Kessi,commissaire du gouvernement,MAMA,Maison d'arrêt militaire d'Abidjan


" Je n'hésiterai pas à arrêter quiconque serait mêlé dans une affaire de rafle où je serai saisi par une plainte", avait prévenu le commissaire du gouvernement, Ange Kessi. Cette consigne, il vient de la mettre à exécution en mettant sous mandat de dépôt, à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (MAMA), un officier de police.
C’est suite à une plainte de dame E. V. que le policier a été mis aux arrêts. Cette dernière explique que, début février, autour de 23 h, en rentrant à la maison, elle est accostée par une patrouille de police, à la Riviera Golf. À la demande des agents des forces de l’ordre, son frère qui l’accompagnait présente ses pièces d’identité. Quant à elle, elle n’en avait pas. Elle demande donc à son jeune frère de courrir chercher sa pièce d’identité à la maison qui n’est pas loin. Ce dernier s’exécute et revient avec les pièces de sa sœur. Les policiers les vérifient, mais refusent de relâcher dame E.V.  Bien au contraire, ils lui demandent de négocier sa libération en leur remettant 5.000 FCFA. Ce que la dame refuse. Ils l’embarquent et continuent leur patrouille avec elle. Il faudra un sacré courage à la victime pour recouvrer la liberté. Voyant qu’elle s’éloignait de plus en plus de son quartier, E.V. se révolte et exige de descendre. C’est ainsi qu’elle sera relâchée.
Sa plainte auprès du commissaire du gouvernement à la suite de cette mésaventure a conduit à l’arrestation de l'officier de police.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Politique : Le PDCI-RDA et le RHDP à nouveau devant les tribunaux bientôt

53 personnes trouvent la mort dans une inondation en Indonésie