Coronavirus : Ouazzani Chahdi (Pdt ACMRCI) : « Nous demandons aux Ivoiriens de respecter les consignes d’usage et suivre le journal télévisé de 20H »





Coronavirus


 

Face à la pandémie du Coronavirus, le gouvernement ivoirien a, à travers le Conseil national de sécurité (CNS), arrêté des décisions importantes.  Le président de L’Assemblée du Conseil des Marocains Résidents en Côte d’Ivoire (ACMRCI), Ouazzani Chahdi, demande aux populations de respecter intégralement ces consignes d’usages.

 Face à la pandémie du Coronavirus, quelles sont les dispositions que vous prenez pour protéger vos ressortissants et aussi aider le gouvernement ivoirien à lutter contre ce phénomène alarmant ?

Merci de venir vers nous pour savoir quelles sont les dispositions que nous prenons pour lutter contre la pandémie du Coronavirus. La situation nous préoccupe tous. C’est pourquoi, nous suivons de près ce qui ce passe ici et partout dans le monde. Nous prions Dieu pour que ce qui se passe en Asie et en Europe n’arrive pas en Afrique. Dieu merci en Afrique il fait chaud, or le Coronavirus ne résisté pas à la chaleur. Tout comme le cas du Maroc, celui de la Côte d’Ivoire nous préoccupe. Le Maroc n’a pas du tout attendu pour prendre des mesures draconiennes pour lutter des mesures préventives contre le Coronavirus. C’est également de grandes et importantes décisions que le gouvernement ivoirien vient de prendre pour le bien-être et la protection des populations. C’est vrai que ce n’est pas toujours facile de prendre ces décisions qui mettent en bernent l’économie. Je salue le président de la République, Alassane Ouattara, pour son engagement pour le mieux-être des populations. Surtout la mise en quarantaine de tous ceux qui foulent le sol ivoirien.

Que faites-vous concrètement pour vos ressortissants ?

Nous avons créé un groupe de Whatsapp afin de pouvoir se partager régulièrement les informations. 24/24 heures, nous communiquons. Nous sommes permanemment en contact avec l’Ambassade qui nous fait à chaque fois le point de la situation de la Côte d’Ivoire et du Maroc. Nous faisons des tournées de sensibilisation sur la teneur de la pandémie. Nous nous approchons des populations pour expliquer ce qui se passe réellement. Mais, la plus part de nos actions se passent sur les réseaux sociaux. Chaque fois qu’il y une nouvelle information, nous mettons sur le Whatsapp. On travaille beaucoup sur les réseaux sociaux. Quand il y a un problème, on nous contacte et si on n’a pas la compétence ou la qualification pour répondre à ces préoccupations, on contacte l’autorité compétente (ivoirienne ou marocaine) parce qu’il ne sera rien de se jouer les docteurs. Chacun essai ce qu’il doit faire à son niveau.

Quel est votre message à l’endroit de la population ?

C’est vrai que la situation est alarmante. Mais, nous demandons à la population de ne pas céder à la panique. Il faut éviter les fausses informations, surtout les vérifiées avant de diffuser. A l’instar de nos ressortissants, nous demandons aux Ivoiriens de respecter les consignes d’usage et suivre le journal télévisé de 20H. Chaque fois qu’il aura un changement de la situation, tout sera su dans le 20H. Il faut mettre en évidence ce que le gouvernement a décidé. Il faut informer et sensibiliser les gens sur la gravité de la maladie à Coronavirus. La population doit éviter de se regroupe surtout.

Votre mot de fin ?

J’espère que cette pandémie va prendre fin bientôt. Et cela évitera d’avoir plus d’impact sur la vie humaine parce que l’économie paye déjà les frais. Je demande aux Ivoiriens et à tout le monde de respecter les consignes que le gouvernement demande. Il ne faut pas prendre la situation à la légère. Si le gouvernement dit que les cours sont suspendus, il ne faut pas laisser les enfants traîner dans les rues. Les parents doivent pouvoir garder les enfants. Il faut que les enfants restent à la maison. Il faut aider le gouvernement à gérer la situation.

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Fêtes de fin d’année : bilan mitigé pour plusieurs gérants de maquis et bars

La 1ère édition de “Abobolais Festival” démarre samedi à Abobo