PDCI-RDA: Des cadres lancent "PDCI Renaissance" un mouvement de soutien au RHDP





Pdci,Mouvement,Lancement


Cinq ministres issus du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex mouvance présidentielle), à  savoir Pascal Abinan, François Amichia, Raymonde Goudou, Jean Claude Kouassi et Alain Donwahi ont procédé, ce dimanche, au Sofitel Hôtel Ivoire, au lancement du mouvement "je suis PDCI, je dis non à la rupture avec le RHDP", sous la conduite du vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan, par ailleurs vice-président du PDCI-RDA. 
"Nous sommes et demeurons Pdci, nous refusons fermement  la rupture du Pdci avec le RHDP", a dit le vice-président ivoirien Daniel Kablan  Duncan, appelant ses concitoyens à les rejoindre, sous les acclamations de milliers de militants arborant des tee-shirts à l’effigie du Pdci.
Après le retrait du PDCI-RDA de la coalition au pouvoir, le RHDP, les ex-alliés ne parlent plus le même langage, le point du non retour étant atteint. 
Ce mouvement "dit non à la rupture mais oui au dialogue", a ajouté M. Duncan pour qui, il est primordial que les enfants qui partagent la philosophie du père fondateur de la Côte d'Ivoire, Félix Houphouët-Boigny se retrouvent pour mieux assurer le développement du pays. 
Pour le vice-président, l'heure n'est pas à la division mais à la consolidation de la paix retrouvée, invitant en outre, PDCI à prendre sa place aux côtés des héritiers d'Houphouet-Boigny.
Ce nouveau mouvement, dénommé "PDCI Renaissance"  est le deuxième, après le mouvement "sur les traces d'Houphouet Boigny", dirigé par le ministre Kobenan Adjoumani, à prôner les idéaux du RHDP.
Les porte-paroles des jeunes, des femmes et des élus du bureau politique du plus vieux parti ont apporté leur soutien à cette initiative et ont appelé les présidents Ouattara et Bédié à ne jamais rompre le dialogue.


Lambert KOUAME 
 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Parlement de la CEDEAO : Les députés proposés par Amadou Soumahoro refusés

Vingt ans de prison pour une nounou tombée enceinte de l’enfant qu’elle gardait