Le ‘’Bouddha’’ de Daoukro







Le moins que l’on puisse retenir aujourd’hui, c’est que le président du PDCI-RDA, l’ancien chef de l’Etat ivoirien, Aimé Henri Konan Bédié, a l’art de dire une chose une année, et l’année suivante, le contraire de sa parole d’honneur. C’est ce qu’il convient de retenir aujourd’hui quand on le voit ‘’convoler en justes noces’’ avec l’ex-chef rebelle, en quête de réconciliation et de paix avec ses nombreuses victimes d’hier, l’Honorable Soro Kigbafori Guillaume. Le ‘’sphinx’’ de Daoukro souffrirait-il d’une instabilité au niveau de sa vie politique ? Où va-t-il avec de tels reniements et oublis de ses prises de position hier dans ce pays ? L’homme qui défendait hier ‘’bec et ongles’’ le parti unifié RHDP est devenu à la fin de l’année 2018, son fossoyeur. C’est ce qu’on appelle dire une chose et faire son contraire. Peut-on faire confiance à de tels hommes politiques qui ‘’balancent’’ au gré de leurs humeurs du moment et de leurs intérêts politiques ? de la part de ‘’l’homme de l’Appel de Daoukro’’, cela est tout simplement décevant et honteux. Quitter le RHDP pour contracter une nouvelle alliance politique avec le FPI de Laurent Koudou Gbagbo, les ex-Forces nouvelles d’un certain ‘’bourreau des Ivoiriens’’, celui qui a balafré la Côte d’Ivoire et obtenu sa partition en deux entités de 2002 jusqu’en avril 2011, date à laquelle il a obtenu la chute et la descente aux enfers de Laurent Gbagbo ? Ah ! Non ! Nous refusons d’accepter que ‘’N’Zuéba’’ serait devenu ‘’amnésique’’ au point d’oublier l’histoire récente de la Côte d’Ivoire. Entre l’amnésie et la mauvaise foi, il nous est difficile de dire aujourd’hui avec exactitude ou placer l’ancien chef de l’Etat : Tant il est capable de ‘’retournées acrobatiques’’ du jour au lendemain. Le ‘’Bouddha’’ de Daoukro a déjà ‘’embrassé’’ Soro Guillaume, déroulé le tapis rouge pour l’ex-chef rebelle repenti. Le ‘’père’’ a reçu en grande pompe, le retour de ‘’l’enfant prodigue’’ à la maison à Daoukro. Sans regrets, ni honte. Il serait prêt aujourd’hui à donner le ‘’baiser de Judas Iscariote’’ à Laurent Koudou Gbagbo. Quelles belles retournées acrobatiques ? Le président du PDCI-RDA a donc royalement oublié ce qu’il a dit du père de la Refondation le 11 avril 2011 : « Son arrivée a déclenché une clameur. On m’a informé qu’il avait été capturé et j’ai alors ressenti un profond sentiment de soulagement. J’ai ensuite appelé le Premier ministre, Guillaume Soro, pour le féliciter du travail bien fait ». Plus loin, il assènera ceci : « … il était le véritable donneur d’ordres. A ce titre, il devra rendre des comptes pour les milliers de morts et atrocités commises pendant la crise postélectorale », dixit Aimé Henri Konan Bédié himself. C’est cet homme politique qui se réjouissait il y a quelques jours des bruits sur la libération de Laurent Gbagbo, entouré d’une poignée d’ex-Refondateurs aux anges. Cet ‘’héritier’’ d’Houphouët-Boigny refuse de marcher ‘’sur les traces’’ de celui qui a fait de lui avant son décès le 7 décembre 1993, son dauphin constitutionnel. La deuxième mort d’Houphouët-Boigny est survenue le jour où Bédié a claqué la porte du RHDP, en vue de constituer une nouvelle alliance en gestation avec le FPI de Laurent Gbagbo et le RACI de Soro Guillaume. Cela s’appelle de ‘’l’inconstance politique’’. Après toutes ses méchancetés sur l’ex-père de la Refondation, ‘’N’Zuéba’’ aura-t-il le courage de l’embrasser ? Ah ! La politique politicienne, l’a démagogie politique ! Bédié a perdu toute crédibilité auprès des Ivoiriens lucides et réalistes.

Bonne lecture et à la semaine prochaine, inch’allah !

 

Bill Terrasson

En lecture en ce moment

Incompatibilité de fonction : Le gouvernement lève les barrières

Présidentielles 2020 : Guillaume Soro tisse sa toile