Coronavirus : un fabricant de cigarettes développe un potentiel vaccin avec des feuilles de tabac





Vaccin contre coronavirus,British American Tobacco


Le fabricant de cigarettes British American Tobacco (BAT) a annoncé qu’une de ses filiales travaillait sur un éventuel vaccin contre le coronavirus en recourant à une technologie utilisant des feuilles de tabac.

Bien qu’elle demeure une entreprise commerciale, la filiale Kentucky BioProcessing (KBP) travaille actuellement dans un but non lucratif sur ce projet de vaccin contre le Covid-19.

Ce vaccin est en phase de test pré-clinique. Si son efficacité est avérée, BAT rassure qu’avec le soutien des agences gouvernementales et l’appui de partenaires, il pourra produire entre 1 et 3 millions de doses du vaccin par semaine à partir de juin.

"Nous sommes en contact avec la Food and Drug Administration américaine (FDA) et nous cherchons à obtenir des conseils sur les prochaines étapes. Nous nous sommes également rapprochés du ministère britannique de la santé et de la protection sociale, ainsi que de la BARDA aux États-Unis, pour apporter notre soutien et l’accès à nos recherches dans le but d'essayer d'accélérer le développement d'un vaccin contre le Covid-19", a déclaré, le Dr. David O'Reilly, Directeur de la Recherche Scientifique de BAT.

Le vaccin en cours de développement utilise une technologie, brevetée par BAT de croissance accélérée de plants de tabac, qui présente plusieurs avantages par rapport à la technologie conventionnelle de production de vaccins.

"Elle est potentiellement plus sûre dans la mesure où les plants de tabac ne peuvent pas héberger d'agents pathogènes qui provoquent des maladies humaines, plus rapide car les éléments du vaccin s'accumulent beaucoup plus vite dans les plants de tabac (- 6 semaines), contre plusieurs mois avec les méthodes conventionnelles", a justifié la filiale, rassurant que cette technologie a "le potentiel de fournir une réponse immunitaire efficace en une seule dose".

Dr. David O'Reilly a assuré que son entreprise est engagée à contribuer à l'effort mondial visant à stopper la propagation du Covid-19 à l'aide de cette technologie".

KBP a récemment cloné une partie de la séquence génétique du COVID-19, ce qui a conduit au développement d'un antigène potentiel – une substance qui induit une réponse immunitaire dans l'organisme et, en particulier, la production d'anticorps. Cet antigène a ensuite été inséré pour sa multiplication dans des plants de tabac et, une fois les plants récoltés, l'antigène a été purifié et fait actuellement l'objet d'essais précliniques.

En 2014, KBP avait été l'une des rares entreprises à disposer d'un traitement efficace contre le virus Ebola, avec la fabrication de son produit ZMapp™ conçu en collaboration avec la société californienne Mapp BioPharmaceuticals et en partenariat avec l'autorité américaine de Recherche et Développement Avancée en Biomédecine (BARDA).

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Prix Soya 2018/ Marie José Ta Lou distinguée au Kenya .

Can 2019 : Franck Kessié ‘’ quand tu t’appelles la Côte d’Ivoire, tu n’as peur d’aucun adversaire’’