Football ivoirien : les troublantes révélations d’Aristide Bancé





Football,Aristide Bancé


Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, l’ancien joueur de l’Asec Mimosas, Aristide Bancé a fait des révélations assez troublantes sur les conditions dans lesquelles évoluent les jeunes footballeurs dans le championnat ivoirien.  Une vidéo qui fait suite à toutes les tractations sur les réseaux sociaux autour de l’élection du prochain président de la Fédération ivoirienne de football.  

Pour l’international burkinabé, le prochain président de la Fif doit jeter un regard sur les conditions des jeunes joueurs ‘’ Les joueurs du championnat ivoirien ne sont pas considérés du tout. Il y a des joueurs qui ne perçoivent pas leurs salaires pendant trois à quatre mois. Il y a des joueurs dans le championnat ivoirien qui perçoivent 50 mille FCFA dans le mois…Pour un championnat comme celui de la Côte d’Ivoire qui passe sur Canal, je pense que c’est inadmissible … Il y a des présidents de clubs qui sont mauvais. Ils viennent seulement pour s’enrichir. Malgré les millions qu’ils ont, à part l’Asec Mimisas, il n’y a aucun club qui a son propre terrain d’entrainement. ‘’Regardez en Zambie. Il y a des clubs qui paient mieux qu’en Côte d’Ivoire. Même en Guinée, il y a des joueurs évoluant en première division qui ont des voitures mais en Côte d’Ivoire, combien de joueurs ont une voiture‘’, a-t-il déploré.

L’attaquant des étalons du Burkina Faso a donc exhorté les dirigeants de club à jeter un regard les jeunes footballeurs. ‘’Vous les dirigeants, ne pensez pas qu’à votre poche. Pensez à l’avenir de ces enfants qui jouent pour vous et qui peuvent rendre vos clubs grands. Il y a des présidents qui ne foutent rien et qui ne pensent qu’à manger. Ce sont ces gens qui mettent le football en retard‘’, a-t-il ajouté.

Gael Z


 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

8e édition des Journées Nationales de Valorisation de l’Agriculture JNVA : le bien-être des planteurs ivoiriens le souci de Ouattara (Adjoumani)

Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie le mardi 28 avril