Election présidentielle : voici la probable date de révision de la liste électorale





CEI,PNUD,Révision liste électorale


La Commission électorale indépendante (CEI) veut mettre les bouchées doubles afin de réussir l’organisation des élections présidentielles d’octobre 2020. A cet effet, elle a eu, ce mercredi, au siège de l’institution, une rencontre d’échanges avec les partis politiques et ce, sous la supervision du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Il s’agissait pour les différentes parties de s’accorder sur le mode opératoire de la révision de la liste électorale. Sur la date de la révision de cette liste, la CEI à travers son président Ibrahime Coulibaly-Kuibiert entend procéder au recensement électoral du 10 au 24 juin 2020.

Sur les motivations de cette rencontre, le président de la CEI a expliqué que « Les partis politiques et la CEI sont des partenaires et non des adversaires ».

Dans ce sens, un cadre de concertation permanent avec les partis politiques est indispensable à la bonne conduite des opérations électorales.

« Il nous fallait requérir les avis des partis politiques, a insisté Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, ajoutant que la séance de travail s’est très bien passée.

Il dit avoir recueilli des propositions pertinentes dont il va tenir compte pour la finalisation du mode opération de la révision de la liste électorale.

Le secrétaire exécutif du PDCI, chargé des élection, Roland Adiko, a au nom de son parti émis des réserves sur la composition de la CEI et a annoncé à la presse les propositions « techniques » de son parti en ce qui concerne la révision de la liste électorale.

Son parti veut un délai de recensement électoral de 30 jours et l’utilisation de la Carte Nationale d’Identité et du Certificat de nationalité comme pièces requises pour l’inscription sur la liste électorale. Il a indiqué qu’il faut tout mettre en œuvre pour publier la liste électorale provisoire trois mois avant l’élection présidentielle comme le dispose la loi.

Pour sa part, Kouakou Kra, pour le compte du FPI a estimé qu’il n’y a pour l’instant « aucune contrainte technique » pour ne pas respecter les délais prescrits par la loi. « Pour ce qui est des pièces requises pour l’inscription sur la liste électorale, la CEI a souhaité que la classe politique se concerte pour trouver un accord. Alors nous allons nous rencontrer dans ce sens », a-t-il terminé.

La Commission électorale rencontrera le jeudi 07 mai 2020, toujours au siège du PNUD, les Organisations de la Société Civile (OSC) pour le même exercice.

Lambert KOUAME source Sercom CEI

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Affaire "une Ivoirienne décédée du Coronavirus en France" : Son fils dément

Décès de Allah Thérèse : La réaction des artistes ivoiriens