AGO de la FIF : Les clubs accordent le quitus à Sidy Diallo et approuvent la commission électorale





Football,Didier Drogba


Les 81 membres actifs de la Fédération ivoirienne de football (FIF), réunis en assemblée générale ordinaire samedi à Yamoussoukro, ont donné quitus au comité directeur sortant de Sidy Diallo et approuvé la liste des sept membres de la commission électorale qui va conduire le scrutin de désignation du nouveau président de l’instance fédérale en septembre.

Le rapport d’activités et le rapport financier qui ont été soumis au vote des dirigeants de clubs et groupements d’intérêt ont tous été approuvés à une large majorité, offrant une sortie honorable à l’équipe du président Sidy Diallo qui n’est pas candidat à sa propre succession.

« Le commissaire au compte a certifié les comptes, cela veut dire que nous avons respecté toutes les procédures comptables et présenté des documents fiables », a souligné un membre de l’ancienne équipe, Sory Diabaté.

« Nous avons entendu le rapport de la commission d’audit interne. Cette commission a également approuvé le travail qui est en nette amélioration par rapport à ce qui se passait. Certaines réserves qui ont été exprimées il y a quelques années ont été prises en compte dans le travail que nous avons fait », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la commission électorale, elle sera composée de magistrats et de personnalités du monde du football ivoirien comme l’ancien ministre Réné Diby et l’ex-international Irié Bi-To.

Ces commissaires ont une semaine pour mettre leur bureau en place et entamer véritablement les actes préparatoires de l’élection du 5 septembre.

Trois candidats se sont déclarés pour la succession du président Sidy Diallo parmi lesquels l’ancien capitaine de l’équipe nationale, Didier Drogba et le président de la ligue professionnelle, Sory Diabaté.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Can Cecifoot 2019 au Nigéria: Les Eléphants aveugles qualifiés pour les demi-finales

Côte d’Ivoire / UDPCI : "Le congrès du RHDP (…) n’a pas à son ordre du jour la dissolution des partis" (Mabri)