Réduction de l’émission de gaz à effet de serre : un atelier pour la révision de document programme de la Côte d’Ivoire organisé





Émission de gaz à effet de serre,atelier,parc national de Taï,Redd+


Un Atelier régional des parties prenantes sur le document du programme de réduction des émissions des gaz à effet de serre de la Côte d’Ivoire a eu lieu  le vendredi 4 janvier 2019 à Abidjan, à l’initiative de la REDD+, une organisation de finance environnemental visant à récompenser les efforts des pays qui se sont engagés à protéger, à mieux gérer et utiliser leurs ressources forestières, contribuant ainsi au développement national.
Cette rencontre consultative avait pour objectif de recueillir et prendre en compte les observations et commentaires de l’ensemble des parties prenantes du mécanisme REDD+ sur la version améliorée du document du programme de réduction des émissions (ERPD).
"Il s’agit de recueillir les avis des parties prenantes sur le Document Programme de Réduction des émissions, prévu pour être soumis à la Banque mondiale dans un délai de 48 heures, d’engager des actions de reboisement, de reforestation, de pépinière et de sécurisation foncière. Ce, en vue de permettre de réduire de 90 % les émissions dans un délai de 4 ans. Si nos efforts sont jugés suffisants, la Côte d’Ivoire devrait bénéficier sous peu de ressources importantes qui vont permettre de multiplier les efforts dans ces régions de la Côte d’Ivoire", a expliqué le Colonel Ernest Ahoulou Kouamé, Coordonnateur et secrétaire Exécutif Permanent de la REDD+ Côte d’Ivoire.
Le Directeur exécutif de la Fondation Parcs et Réserves de Côte d’Ivoire, le Dr Fanny N’Golo a pour sa part  salué l’organisation de cet Atelier qui vise à mobiliser l’ensemble des acteurs impliqués dans la préservation du Parc de Taï, mais surtout dans la lutte contre les émissions. ‘’La Fondation des parcs et réserves est un fonds fiduciaire qui permet de générer des ressources annuelles que nous mettons à la disposition du Parc national de Taï, et c’est avec ces fonds que tout le fonctionnement de ce parc est assuré depuis 2014’’, a-t-il révélé. Avant de confier qu’après un démarrage avec 400 millions de F CFA en 2014, le fonds est évalué à ce jour à 590 millions de F CFA par an.

Cet Atelier  qui a enregistré la participation de l’ensemble des entités impliquées dans le programme de lutte contre les émissions, issus des 5 régions qui entourent le parc de Taï, a pour but d’inverser la tendance de la déforestation et de la dégradation des forêts. 
Mais plutôt de contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique dans laquelle la Côte d’Ivoire s’est engagée depuis 2011.

 Solange ARALAMON 

En lecture en ce moment

Abidjan: Un véhicule des pompiers caillassé lors d’une intervention à Abobo

Nouvelle plateforme politique : Danièle Boni Claverie réaffirme son engagement à oeuvrer à sa mise en place