La disparition d’Amadou Gon Coulibaly crée un vide dans la ville de Korhogo et dans la région du Poro





AMADOU GON,KORHOGO


La ville de Korhogo se réveille ce jeudi matin encore sous le choc créé la veille par l’annonce du décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et animé d’un sentiment de vide lié à cette disparition.

« Toute la ville est consternée », a laissé entendre Coulibaly Lazani, son successeur à la mairie de la ville depuis l’élection municipale de 2018, joint au téléphone par l’AIP.

Pour le vice-président du conseil régional, Zié Coulibaly, le défunt laisse derrière lui un grand vide qui sera difficile à combler au niveau de sa ville natale de Korhogo et de toute la région du Poro. « Je me sens orphelin. C’est comme si le ciel nous était tombé dessus », a déclaré-t-il, la gorge nouée.

« Je me demande ce que va devenir la ville de Korhogo. Est-ce qu’on va nous enlever toutes les machines », s’est inquiété M. Coulibaly Zié, expliquant au-delà des actions de développement du gouvernement en faveur de la localité, M. Gon Coulibaly pesait de sa personne et usait de ses amitiés personnelles pour attirer des investisseurs.

Enfin, il présente le défunt comme « un leader » et « un homme de consensus » autour de qui la région réalise l’union de ses cadres. « Quand on a un tel leader qui disparait, son absence crée forcément un vide », regrette- il.

Le directeur général du conseil régional, Adama Diawara, partage la même inquiétude. Mais il espère que les cadres sauront s’adapter à la situation pour maintenir le cap de l’union et du développement social et économique de la localité. « C’était l’espoir, le leader incontesté. Qu’on le veuille ou non, tout le développement de notre région, c’était lui… Maintenant, comme l’homme a une capacité d’adaptation, espérons que les uns et les autres retrouvent les ressources nécessaires pour maintenir de notre développement.

L’honorable Coulibaly Lacina, vice-président à l’Assemblé nationale et coordinateur régional du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) parti dont le Premier ministre était le candidat désigné à la présidentielle d’octobre prochain, est sans voix. Il se contente de s’en remettre à Dieu. « C’est la volonté de Dieu. C’est lui qui sait pourquoi c’est arrivé. C’est lui qui saura trouver les solutions », a-t-il laissé entendre.

Le premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, s’est éteint, mercredi à Abidjan suite à un malaise alors qu’il participait au conseil des ministres.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Affi N’guessan et Simone Gbagbo se donnent l’accolade au domicile de Aboudrahamane Sangaré

Deuil: Une frange du FPI présente ses condoléances à la famille de Marcel Gossio