Concertations au Mali : adoption d'une charte pour une transition de 18 mois





Mali,Transition,Charte


A l'issue de trois jours de discussions, la charte de transition a été présentée ce samedi soir à Bamako.

Le texte adopté ce samedi à Bamako fixe la durée de la transition à 18 mois et charge un comité formé par la junte de désigner un président civil ou militaire pour diriger cette transition.

Il prévoit aussi trois organes de transition : le président et son vice-président ; le conseil national de transition regroupant 121 personnes réparties entre les forces de défense et de sécurité, le M5 (coalition de l’opposition), les partis politiques, les journalistes, la société civile, les religieux, la diaspora, les jeunes et les femmes et qui aura les prérogatives d'une assemblée ; et enfin un Premier ministre à la tête d'un gouvernement de 25 membres.

L’article 19 de la charte concerne particulièrement la junte et ceux qui ont participé aux événements, allant du 18 août (date du coup d’Etat) à l’investiture du président de transition. Cet article stipule qu’ils bénéficient tous de l’immunité juridictionnelle. Ils ne pourront donc pas être poursuivis ou arrêtés pour des actes posés lors desdits évènements (rappelons que selon la Constitution malienne, le coup d’Etat est un crime imprescriptible).

Le rapporteur de la réunion désigné par la junte assure que le document est adopté de facto par acclamation. Le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, s'est félicité des travaux lors de son discours de clôture.

La suite sur rfi.fr

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Eviter les erreurs du passé

Religion : la fête de la tabaski se tiendra le vendredi (communiqué)