Visite du chef de l'État dans la Marahoué : Ouattara accuse Bédié





Visite d'Etat,chef de l'Etat,Marahoué,Bédié,Ouattara,Alassane Ouattara,Henri Konan Bédié


Le président de la République, Alassane Ouattara, n'a peut-être pas mentionné le nom de Henri Konan Bédié, mais tout le monde aura compris que c'est ce dernier qu'il a accusé d’être à l'origine des problèmes que connaît la Côte d’Ivoire.
" Je demande à tous les candidats de commencer leur campagne et de dire exactement quel est leur bilan. S'ils ne parlent pas de leur bilan, pour l'un d'entre eux, nous, nous parlerons de son bilan. Car c'est lui qui a créé tous les problèmes à la Côte d'Ivoire. Tous les problèmes-là, c'est lui. Mais il continue de vouloir diviser les Ivoiriens sous prétexte de vouloir les rassembler ", a accusé le chef de l’Etat.
Citant le président Félix Houphouët-Boigny qui disait "je préfère l'injustice au désordre", il a ajouté qu'il n'y aura pas de désordre dans le pays et que tout se passera bien. " Et je suis un houphouëtiste, je voudrais que vous sachiez que l'ordre sera respecté dans notre pays. N'ayez pas peur", s’est-il voulu rassurant. Et à ceux qui ont peur d’une éventuelle crise postélectorale, il a expliqué : ". J'entends beaucoup de gens dire, on a peur des élections, ça sera comme en 2010. Quelle bêtise ! Quelle histoire ! En 2015, on a eu une bonne élection, tout s'est passé dans la paix. Pourquoi on veut qu'on saute 2015 et qu'en 2020, il y ait des palabres. Il n'y aura pas de problème en 2020. Les élections seront apaisées et démocratiques. Je vous demande d'aller voter massivement le candidat de votre choix".
Répondant à tous ceux qui souhaitent le report de l’élection présidentielle, il s’est voulu clair sur la question : " Je voudrais profiter de ma présence ce matin pour rassurer de nouveau mes compatriotes. Les élections présidentielles auront bel et bien lieu aux dates prévues par le délai constitutionnel. C'est-à-dire le samedi 31 octobre 2020. Vous pouvez me faire confiance. Toutes les dispositions sont prises pour que le scrutin se déroule de manière apaisée et transparente à l'image de 2015".

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Présidentielles 2020: "Si nous continuons à vouloir tricher, ce n'est pas une crise postélectorale que nous allons avoir, mais...", prévient Koulibaly Mamadou

Mauritanie : l’ancien président Mohamed Ould Abdelaziz interrogé par la police