Présidentielle 2020 : une mission internationale d’observation des libéraux et démocrates dit avoir constaté "un déroulement normal" du scrutin





Présidentielle 2020,Mission internationale d'observation,élection


Dans une déclaration, dont Pressecotedivoire.ci a reçu copie ce lundi, la mission internationale d’observation des libéraux et démocrates, ayant séjourné en Côte d’Ivoire dans le cadre de l’élection présidentielle dit avoir "constaté un déroulement normal du scrutin, dans le calme et la sérénité". La mission a saisi l’occasion pour "féliciter les organes de gestion et de supervision des élections pour la bonne organisation du scrutin"

Ci-dessous, l’intégralité de cette déclaration

 

Dans le cadre de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, une mission internationale d’observation a séjourné en Côte d'Ivoire du 28 octobre au 02 novembre 2020.

Cette mission de libéraux et démocrates africains et européens comprenait des leaders politiques, des parlementaires, des ministres, et des représentants d’organisations de jeunesse.

En dépit du contexte mondial marqué par la pandémie de Covid-19, la délégation a tenu à se rendre en Côte d’Ivoire, au regard de l’importance des enjeux liés à ce scrutin. Celle-ci était composée de personnalités de haut rang, originaires de Belgique, de Bulgarie, du Mali, du Maroc, de Roumanie et du Royaume Uni, et parmi elles, l’ancien Chef de la mission d'observation de l'Internationale libérale lors de l’élection présidentielle de 2010.

L’objectif de cette mission était d’observer le déroulement du processus électoral, afin de mieux comprendre le contexte ivoirien, et tirer les enseignements en vue de les partager.

Au cours de la dernière décennie, la Côte d'Ivoire est devenue une démocratie stable et une référence en Afrique. Le pays a obtenu des résultats positifs et structurants en termes de sécurité, d'économie et d’amélioration des conditions de vie des populations. C’est sans doute pour cette raison que les élections en Côte d'Ivoire sont particulièrement suivies à travers le monde. Comprendre le contexte politique sur place était donc essentiel pour faire une analyse et une évaluation tant du contexte politique que du processus électoral.

Durant son séjour, la Mission a eu différentes rencontres avec les médias nationaux et internationaux, des partis politiques, des candidats à l’élection, des experts électoraux de l'Union Européenne, des représentants diplomatiques ainsi que des membres de l’Exécutif ivoirien. Ces entretiens ont permis à la Mission de constater d’un point de vue factuel l’évolution que le pays a connu depuis ces neuf dernières années. La Mission a pu également s’imprégner des facteurs à l’origine des divergences autour de ce scrutin tout en prenant en considération les conclusions de la précédente mission de la CEDEAO, de l'UA et des Nations Unies.

En outre, la mission a eu l‘opportunité :

• de mieux s’informer sur le contexte politique en Côte d’Ivoire ;

• de s’imprégner du processus électoral grâce aux exposés des différentes parties rencontrées ;

• de constater l’ambiance générale qui prévalait autour des activités électorales ;

• d’observer directement tout le processus le jour du scrutin, y compris le vote et le décompte des votes.

Au terme de son séjour, la Mission note les observations suivantes :

1. La campagne électorale, s’est déroulée dans l’ensemble, de façon transparente, ouverte et démocratique, dans le respect des dispositions légales relatives à la liberté d'expression et de rassemblement.

2. L’organisation des élections a tenu compte des mesures nécessaires pour faire face à la pandémie de Covid-19.

3. Dans tous les bureaux de vote visités, les membres de la Mission ont pu constater un déroulement normal du scrutin, dans le calme et la sérénité.

4. Tous les bureaux de vote visités ont reçu la dotation complète de matériel électoral et ont pu travailler dans des conditions efficientes.

5. Les électeurs présents dans les bureaux de vote ont pu exercer leur droit de vote conformément aux dispositions prévues à cet effet, à savoir l’inscription préalable sur la liste électorale, la présentation d’un document d'identité et la prise de l’empreinte digitale de l’électeur.

6. L’usage des tablettes digitales pour la vérification de l’identité des électeurs a contribué à la sécurisation et à la crédibilité du processus.

7. La presse a relaté des incidents ayant empêché le vote dans certaines circonscriptions électorales. Un phénomène semble-t-il isolé dans la mesure où la Mission n’a pas observé de tel incidents dans les bureaux visités.

8. Dans la totalité des bureaux de vote visités, les délégués des candidats étaient présents à l’exception des délégués de Pascal Affi N'Guessan et Henri Konan Bedie.

9. Les délégués des candidats interrogés au cours des échanges se sont déclarés satisfaits du déroulement du scrutin.

10. Les électeurs interrogés ont exprimé leur satisfaction quant au déroulement de leur vote.

11. La participation électorale dans les bureaux de votes était variable d’un bureau de vote à un autre.

12. Le scrutin a tenu compte du genre dans son organisation, avec une présence remarquée de femmes, ainsi que dans le décompte des électeurs, qui spécifiait la mention du sexe.

13. La Mission a pu rencontrer des journalistes de la presse nationale et internationale durant les différentes phases de la période électorale, ce qui montre le caractère ouvert et transparent dudit processus.

Au regard de ce qui précède, la Mission :

1. rend hommage au peuple de Côte d’Ivoire pour sa maturité exemplaire et pour son sens élevé des responsabilités ;

2. félicite les organes de gestion et de supervision des élections pour la bonne organisation du scrutin ;

3. condamne les violences causées par l’appel d’une partie de l’opposition à la « désobéissance civile », exprime sa compassion à l’ensemble des familles des victimes et appelle les autorités compétentes à traduire les responsables de ces incidents devant la justice ;

4. salue l'approche pondérée du Gouvernement qui a appelé au calme et à la retenue durant la campagne et le jour du scrutin ;

5. encourage les acteurs politiques à privilégier le dialogue, à faire preuve de retenue et à utiliser les voies légales pour les éventuels recours ;

6. invite l’ensemble de la classe politique à s’inscrire résolument dans l’ensemble des processus électoraux à venir, notamment l’élection législative qui demeure une échéance importante pour la consolidation des acquis démocratiques en Côte d’Ivoire ;

7. exprime enfin aux populations ivoiriennes toute sa gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité témoignée à la délégation tout au long de son séjour en Côte d’Ivoire.

                                                 Fait à Abidjan 02 novembre 2020

En lecture en ce moment

Présidentielle en Mauritanie: les quatre candidats de l’opposition rejettent les résultats avant même leur publication par la Céni

Une journée dans un centre d’enrôlement pour la carte d’identité : Ce que notre reporter a vécu