Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire Bédié candidat, la bêtise humaine







Plus on s’approche d’octobre 2020, date constitutionnelle pour la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, l’ancien chef de l’Etat ne cache plus ses intentions de briguer la magistrature suprême de son pays, au soir de sa vie, là où il doit faire valoir ses droits à la retraite politique. Fera-t-il le poids devant un ‘’petit militant du RHDP ?’’ Une grosse honte se profile à l’horizon pour lui, s’il ose se positionner dans le ‘’starting-block’’ en 2020.

 

La nouvelle n’est plus cachée dans le ‘’bois sacré’’ de Daoukro, la capitale de la région d’Iffou. Aimé Henri Konan Bédié veut revenir au pouvoir. Mais pour faire quoi au juste dans un pays qui a déjà pris son envol pour l’émergence en 2020 avec Alassane Ouattara, la deuxième chance de la Côte d’Ivoire et père du ‘’second miracle ivoirien’’ après Félix Houphouët-Boigny ? Sont-ce les ministres Maurice Kakou Guikahué et Jean-Louis Billon qui le poussent de nouveau dans l’arène politique afin que le ‘’patriarche’’ de Pépressou (Daoukro) soit ‘’proprement laminé, humilié’’ en octobre 2020 ? De deux choses, l’une. Ou bien ces deux ‘’grands commis de l’Etat’’ n’aiment pas du tout Bédié, ou bien ce sont eux-mêmes qui sont avides de pouvoir et d’honneur. A Abobo-gare, commune du maire Hamed Bakayoko, on ne s’en cache pas pour soutenir dans un mauvais français que le ‘’vieux père’’ cherche une deuxième honte de sa vie après la toute première ‘’douche froide’’ qui fut pour lui, le coup d’état du Général Robert Guéi le 24 décembre 1999. « Un mouton du RHDP peut le battre », ironise-t-on dans cette cité-dortoir, baromètre de ce que pensent de lui les autres Ivoiriens. Est-ce pour ramener la Côte d’Ivoire à l’ère ‘’des détournements de l’aide de l’Union européenne’’ à ce pays, aux dépenses non ordonnancées (DNOS), à la gabegie, la malgouvernance avec son lot de fermeture des usines de la SODESUCRE,  du détournement de l’aide sociale aux jeunes et autres ? Toutes ces indélicatesses sous son régime tribal, ethnociste défilent dans la mémoire collective avec comme pic au summum de la malgouvernance : le mépris, l’arrogance et des injures gratuites à l’encontre des journalistes qui ne le caressaient pas dans le sens qu’il souhaitait. Non, tout cela est encore frais comme si c’était hier dans la mémoire de l’Ivoirien lambda. Et puis, entre nous, que cherche le président Bédié avec une alliance avec le FPI de Laurent Gbagbo qu’il a traité dans une interview de ‘’criminel’’ qui devait répondre des charges de crimes contre l’humanité, pour 3.000 morts lors de la crise postélectorale de 2011 ? N’est-ce pas une alliance contre nature ? de tout temps, le FPI a toujours roulé dans la farine ses alliés d’hier qu’il connaît très bien. Le premier allié sûr du PDCI-RDA a toujours été le RDR. Pourquoi le ‘’sage de Daoukro’’ se comporterait-il aujourd’hui en ‘’un novice politique’’ pour soupirer après une alliance avec le FPI de Laurent Koudou Gbagbo ? Non, ce n’est pas l’allié avec naturel du PDCI-RDA. L’allié naturel s’appelle le RDR, c’est pourquoi, la place du plus ancien parti de Côte d’Ivoire est au RHDP et non dans les ‘’deux morceaux’’ de ce qui reste encore de la famille politique des ex-refondateurs qui ont plongé ce pays pendant plus de 10 ans d’un régime ‘’calamiteux’’ dans le chaos. Les Ivoiriens sont aujourd’hui dans l’expectative et se demandent ce qui arrive au ‘’père de l’Appel de Daoukro’’. Mais qu’est-ce qui se passe pour que le président Bédié décide sans la consultation de la base de son parti de claquer la porte du RHDP au moment où personne ne s’y attendait ? Où le conduisent les ministres Kakou Guikahué Maurice et Jean-Louis Eugène Billon ? Qui peut ramener à la maison commune, cet ‘’héritier’’ du président Félix Houphouët-Boigny ? Sa place est toujours soigneusement gardée au RHDP. A moins qu’il veuille lui-même essuyer une défaite cuisante, la plus grosse honte de sa vie à la présidentielle de 2020 qu’il vise depuis son ‘’bunker’’ de Daoukro où il ne disposerait que de ‘’suiveurs’’ qui ne sont que de ‘’mauvais conseillers’’. Nous ne souhaitons pas une telle humiliation qui se profile à l’horizon pour ‘’N’Zuéba’’ en 2020, s’il n’écoute pas la voix de la raison et de la sagesse. Sa place est et demeure au RHDP et non au sein de la grande famille des ‘’boulangers politiques’’ du FPI. Simples conseils de ‘’petits enfants’’ au ‘’patriarche’’ bien aimé, Aimé Henri Konan Bédié, l’imitateur et ‘’engendreur’’ de l’Appel historique de Daoukro.

 

Bill Terrasson

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Liberté de la presse : la Côte d’Ivoire progresse de 11 places

Journées africaines de l'écologie et des changements climatiques (Jfac 2020): la transition écologique en marche