Journée mondiale contre le cancer: L'OMS dresse un bilan effrayant





journee-mondiale-contre-le-cancer-loms-dresse-un-bilan-effrayant


Dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale contre le cancer 2020, ce jeudi 4 février, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que seulement 30 % des enfants africains atteints de cancer survivent à cette maladie, contre 80 % dans les pays à revenu élevé, tout en relevant les difficultés liées à l’accès aux soins du cancer dans la plupart des pays africains.
L’édition de cette année de la journée mondiale contre le cancer marque l’aboutissement d’une campagne de trois ans, baptisée "Je suis et je vais", qui vise à dissiper la peur entourant le cancer, à mieux appréhender cette maladie et à modifier les comportements et les attitudes.
Selon la directrice regionale de l’OMS, Dr Matshidiso Moeti, les communautés, dans la plupart des pays africains, sont confrontées à un accès aux services de dépistage, de détection précoce, de diagnostic et de traitement du cancer. Une situation aggravée par des crises telles que la pandémie actuelle de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19).
Pour elle, ces 20 dernières années, le nombre de nouveaux cas de cancer a plus que doublé dans la Région africaine, passant de 338 000 cas notifiés en 2002 à environ 846 000 cas notifiés en 2020.
Selon les documents, la Région africaine est celle qui ploie sous la plus lourde charge de cancer du col de l’utérus. Pour ce faire, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté en 2020 la Stratégie mondiale en vue d’accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique mondial. 
C’est ainsi que, dans le cadre de la première phase de mise en œuvre de cette stratégie, la Guinée, le Malawi, l’Ouganda, le Rwanda et la Zambie déploient à plus grande échelle leurs programmes de lutte contre le cancer du col de l’utérus. L’OMS encourage par conséquent, l’intensification de l’introduction du vaccin contre le papillomavirus humain afin de prévenir le cancer du col de l’utérus. A ce jour, 17 États membres de la Région ont élargi la vaccination contre le papillomavirus humain à l’ensemble du pays. C’est le cas du Rwanda et du Zimbabwe qui ont atteint un taux de couverture vaccinale élevé à l’échelle nationale grâce à l’action déterminée des pouvoirs publics et des partenaires.
Par ailleurs, l’ingérence de l’industrie, par la promotion et la commercialisation de produits connus comme étant cancérigènes, est un défi de plus en plus préoccupant à relever, a déclaré Dr Matshidiso Moeti. Quarante-quatre (44)  États membres de la Région africaine ont ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, afin de réduire la consommation de tabac, et 20 États membres ont ratifié le Protocole de l’OMS pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac.
Solange ARALAMON 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Présidentielle 2020: Après le rejet de sa candidature, Soro Guillaume annonce une nouvelle étape de son combat

Solidarité Tabaski : une fondation turque offre plus de mille bœufs aux populations en difficulté