Justice: Ouattara laisse planer l’épée de damoclès sur les têtes d’Affi et de Guikahué





justice-ouattara-laisse-planer-lepee-de-damocles-sur-les-tetes-daffi-et-de-guikahue


Le président de la République Alassane Ouattara a rappelé à Pascal Affi N’guessan et à Maurice Kakou Guikahué qui ont recouvré récemment la liberté après un séjour en prison suite aux violences postelectorales que leur liberté n’est que provisoire.
 "La liberté conditionnelle a été accordée à ceux qui sont impliqués dans les violences posteléctorales. Parmi ces personnes je voudrais citer le président du FPI, Affi n’guessan, le secrétaire exécutif du PDCI, Maurice Kakou Guikahué. Je voudrais signaler que ce sont des libertés conditionnelles", a rappelé ce mardi, Alassane Ouattara à l’occasion de la cérémonie d’investiture des candidats du RHDP à l’élection législatives du 6 mars 2021.
Ces propos rappelle aux concernés que l’épée de damoclès continue de planer sur leurs têtes. 
Il a assuré que les enquêtes se poursuivent afin de situer toutes les responsabilités quant aux violences intervenues au lendemain de l’élection présidentielle du 30 octobre 2020.
Avant la fin desdites enquêtes,  Alassane Ouattara a fait savoir que les résultats vont surprendre.

"Vous serez surpris  des résultats de cette enquête avec l’implication de certaines personnalités que nous pensions être des personnes de grande sagesse et de grande probité", a-t-il dit sans toutefois citer nommément ces personnalités, rappelant que la réconciliation ne peut pas se faire sans justice.

Lambert KOUAME 

En lecture en ce moment

Éliminatoires Can U23: Haidara Soualiho, coach Côte d’Ivoire : ''Le travail était au plan mental''

Situation en Côte d’Ivoire : la France estime qu’il faut « aller de l’avant » après la présidentielle ( Ambassadeur)