Côte d’Ivoire / Depuis la prison, Alain Lobognon déclare : "Ma détention arbitraire est une grossière erreur de gouvernance. Mes geôliers le savent"





Côte d'Ivoire,Alain lobognon,prison


Le député de Fresco, Alain Lobognon, par ailleurs vice-président du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI) en détention à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) "pour divulgation de fausses nouvelles", a dans une publication intitulée "Chronique d’un prisonnier" déclaré "ma détention arbitraire qui viole les lois de la République est une grossière erreur de gouvernance. Mes geôliers le savent."

Ci-dessous l’intégralité du message de celui qui se considère comme le premier prisonnier politique de la IIIe République, publié sur la page FACEBOOK de Félicien Sékongo président du MVCI

 

CHRONIQUES D'UN PRISONNIER POLITIQUE, 6 FÉVRIER 2019, LE DÉPUTÉ ET VICE-PRÉSIDENT DU MVCI PARLE...

De son lieu de détention, le prisonnier du régime s'adresse aux Ivoiriens, à l'opinion Internationale. Morceaux choisis :
"... Je suis arbitrairement emprisonné, non pour un délit que j'aurais commis, mais pour mes opinions, pour ma liberté d'expression, pour mes nouveaux choix politiques, diamétralement contraires à ceux de mes anciens camarades du défunt Rassemblement des Républicains (RDR)...

" ... Je suis aujourd'hui, le premier prisonnier politique de la Troisième République (...) Prisonnier politique, je suis donc, depuis le 15 janvier 2019, quand le procureur Adou Richard a été instruit pour me faire arrêter en violation flagrante de mon immunité parlementaire. Mon crime ? Un tweet que j'aurais écrit le 8 janvier 2019 à 21h29 qui aurait provoqué des violences à Abidjan le samedi 5, le dimanche 6 et Le lundi 7 janvier 2019. De mémoire de citoyens en possession de toutes mes facultés physiques et psychiques, jamais, je n'ai été témoin de telles accusations farfelues...

... Je ne suis point étonné. Puisque c'était prévisible car annoncé par le Curé de la Paroisse de lmmaculée Conception de Fresco qui me fit la confidence de ma future arrestation pour mon opposition à un troisième mandat du Président de la République, à la tête de l'Etat. C'était en début du mois d'octobre 2018. Pourquoi devrais-je accepter après avoir milité pour la limitation des mandats présidentiels en Côte d'Ivoire, à deux, de m'engager pour une violation des dispositions pertinentes de la Constitution du 8 novembre 2016 ?...

... Ce 6 février 2019, mes geôliers devraient se savoir embarrassés parce qu'ils tiennent en otage un citoyen libre qui les empêcheraient de réaliser le casse constitutionnel du siècle en Côte d'Ivoire... Ma détention arbitraire qui viole les lois de la République est une grossière erreur de gouvernance. Mes geôliers le savent."

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / Deuil : L’écrivain ivoirien Bernard Dadié est mort

Le pays a vraiment changé !