Au-delà de la polémique…







Nous assistons à un délestage qui suscite les commentaires les plus acerbes dans la cité. Ils sont nombreux les opposants qui ont trouvé de la matière à critiquer le régime Ouattara qui est le champion toutes catégories.  Le manque de pluie  a asséché les barrages. Depuis l’année 1984, disent les experts, la Côte d’Ivoire n’a pas connu un tel déficit de pluies. Les barrages hydro-électriques tournent en deçà de leurs capacités. Ayamé 1 dont la production est de 20 mégawatt (MW) et Ayamé 2, de 30 MW, ne fournissent aujourd’hui que la moitié de leur production en électricité. Cette situation conjoncturelle réjouit les détracteurs du régime Ouattara qui se moquent éperdument de lui. Ils évoquent un manque d’anticipation de la part des gouvernants alors que depuis la mort de Houphouët-Boigny, seul Alassane Ouattara a construit un barrage pour le pays. En l’occurrence, celui de Soubré qui a une capacité de 275 mw.

 

Une panne est survenue dans une  usine de production d’énergie thermique à Vridi. Cela sert de prétexte à Affi Nguessan pour insinuer que le gouvernement n’a pas fait les investissements nécessaires. Il indique que « la pluviométrie et le coronavirus  invoqués comme raisons du délestage sont des arguments farfelus».

Pourtant,   en termes d'investissements, Bédié a construit Ciprel 1 et 2 et la phase 1 d’Azito. Le total cumulé fait 368 MW.

Gbagbo a fait Ciprel 3 de 115 mw et Aggreko de 100 mw soit un total cumulés de  215 mw

Alassane Ouattara  a fait Ciprel 4 de 234 mw,  Azito 3 de 140 mw, Agreko2 de 110 mw et Soubré de 275 mw soit un total cumulé de 759 mw . Mieux, avec les projets de barrage à Singrobo et Gribopoli et les projets d’énergie solaire et de biomasse en cours, c’est plusieurs centaines de MW qui vont s’ajouter à la production nationale d’énergie. C’est totalement propagandiste et archi-faux d’affirmer que l’Etat n’a pas fait les investissements nécessaires. Les besoins en énergie de la Côte d’Ivoire sont de 1800 mw là où l’Etat produisait 2.220 mw soit une surproduction de 400 mw qui était commercialisée hors du pays.  Venant des opposants qui ont passé le temps de leur gouvernance à tirer le pays vers le bas, c’est révoltant et totalement ahurissant.  Le pays est bel et bien devenu une puissance énergétique sous Alassane Ouattara. Aujourd’hui, le pays a une consommation record d’énergie. Rien que dans Abidjan et banlieue, on note 11 cimenteries déjà fonctionnelles avec trois autres à l’intérieur du pays. Les zones industrielles très consommatrices d’énergie sont de retour après plusieurs décennies d’arrêt total. Sans aucun doute, les délestages actuels vont cesser dès que les pluies vont s’annoncer. C’est ridicule de vouloir accabler un gouvernement à partir de phénomènes climatiques indépendants de sa volonté. Ça peut arriver à tout le monde. C’est pourquoi les Ivoiriens doivent faire preuve de patience car d’ici deux à trois mois, ce délestage disparaîtra de notre vie. Autour de la Côte d’Ivoire, tous les pays vivent la même situation. Chacun doit pouvoir maîtriser ses émotions car au-delà des polémiques inutiles, le monde entier reconnaît qu’il y a un travail immense qui est fait par Ouattara. Il suffit juste d’une petite dose de bonne foi pour le remarquer.

SW

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le président Alassane Ouattara pleure la mort d'Allah Thérèse

Revue de presse du lundi 17 mai 2021 '' Poste de premier ministre, un fauteuil envoûté en Côte d'Ivoire? ''