Comité de pilotage de l’initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana : l’appel pressant d’Adjoumani aux pays africains producteurs





comite-de-pilotage-de-linitiative-cacao-cote-divoire-ghana-lappel-pressant-dadjoumani-aux-pays-africains-producteurs


Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a au terme de la première réunion du comité de pilotage de l’initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana, tenue lundi à Abidjan, appelé les autres pays africains, producteurs de l’or brun à adhérer à cette Organisation qui, selon lui permettra à ces États d’influencer davantage le marché mondial du cacao.

Ci-dessous, sa déclaration

Au terme de nos travaux, permettez-moi, au nom du Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, de dire combien notre pays a été honoré d’accueillir cette première réunion du Comité de Pilotage de notre organisation régionale dénommée « initiative Cacao Côte d’Ivoire – Ghana ».

Cette rencontre de haut niveau entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, s’est déroulée avec la participation d’une vingtaine de personnes membres du Comité de Pilotage, et marquée par la présence distinguée du Ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture du Ghana, Dr Owusu Afriyie Akoto, que je voudrais encore saluer et féliciter pour son élection en tant que 1er Président de l’organe suprême de l’Initiative. Nous sommes convaincus qu’il mettra tout en œuvre pour permettre à l’Initiative d’aller de l’avant.

Mesdames et Messieurs,

Il convient de rappeler que « l’Initiative Cacao Côte d’Ivoire –Ghana » marque la concrétisation de la volonté de nos deux (2) Chefs d’Etat de raffermir de façon continue, la coopération et l’harmonisation de leurs politiques et initiatives dans divers domaines stratégiques et plus spécifiquement dans la filière cacao.

L’Initiative Cacao Côte d’Ivoire – Ghana sera ainsi pour nos deux pays, un cadre d’échanges qui permettra de coordonner de façon conjointe une politique cacaoyère aux fins de promouvoir, de favoriser et de défendre les intérêts collectifs de nos deux (2) pays sur le marché international, ainsi que dans tous les fora internationaux.

C’est donc l’occasion pour moi de traduire mon infinie gratitude et celle du monde paysan, à S.E. Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire, et à S.E Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana, pour avoir posé les bases de la création de cette organisation régionale, à travers la « Déclaration d’Abidjan » faite le 26 mars 2018, sur l’économie cacao.

Mesdames et messieurs,

Face aux contraintes structurelle et conjoncturelle qui pèsent sur le secteur du cacao ces dernières années, la Côte d’Ivoire et le Ghana, qui assurent tous deux (2) près de 60% de l’offre mondiale en fèves de cacao, ont convenu à travers la « Déclaration d’Abidjan » faite par nos Chefs d’Etat, de définir une stratégie commune en vue de trouver une solution durable à l’amélioration des prix perçus par les producteurs de cacao de nos pays respectifs.

Les négociations avec nos partenaires, notamment les chocolatiers, ont abouti à l’obtention d’un « Différentiel de Revenu Décent (DRD) » de quatre cent (400) dollars la tonne de fèves de cacao, destinés exclusivement aux producteurs. Ce DRD a été entériné à Berlin en octobre 2019 et comme vous le savez, est rentré en vigueur en Côte d’Ivoire et au Ghana au cours de la campagne 2020, ce qui a permis à la Côte d’Ivoire de fixer le prix au producteur de cacao à 1 000 FCFA le kilogramme de fèves.

Certes, ces efforts de nos États sont salutaires, mais, force est de noter que beaucoup restent à faire pour consolider ces acquis et parvenir à l’adoption du Différentiel de Revenu Décent des producteurs, qui est un outil capital pour l’amélioration des conditions de vie de nos producteurs de cacao.

Mesdames et messieurs,

Les chantiers abordés dans le cadre de l’Initiative Cacao Côte d’Ivoire – Ghana sont vastes. A cet égard, dans le cadre du partenariat stratégique, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont décidé, à travers Le Conseil du Café-Cacao et le Ghana Cocoa Board, de s’approprier la « Norme internationale ISO 34101-4 sur le cacao durable et traçable » afin d’apporter des solutions qui tiennent compte des intérêts de l’ensemble des acteurs face à la problématique de production de cacao durable.

Ainsi, les travaux entre nos deux pays ont permis d’aboutir à la publication récente, par l’Organisation Africaine de Normalisation (ARSO), de la Norme africaine pour le cacao durable série ARS 1000. Cette Norme vise la production de cacao durable sur la base des trois piliers de la durabilité, que sont : la dimension économique, la dimension sociale et la dimension environnementale. Elle sera le référentiel au niveau du secteur cacao en Côte d’Ivoire. Sa mise en œuvre prendra en compte les problématiques sur le travail des enfants et la déforestation en zones cacaoyères ainsi que les questions de la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement du cacao. Nous disons donc merci à l’ARSO et à tous les 23 pays membres qui ont contribué aux travaux d’harmonisation ayant abouti à la publication de la Norme.

Dans ce processus, la Côte d’Ivoire, à travers Le Conseil du Café-Cacao, a presque achevé son projet de recensement des producteurs de cacao et de leurs vergers, ce qui permettra de faciliter la traçabilité de la production à l’exportation. Le Conseil du Café-Cacao a également élaboré un programme de plantation de soixante millions (60 000 000) d’arbres d’ici 2025. Pour l’année 2021 en cours, ce sont dix millions d’arbres qui seront plantés avec douze (12) essences forestières.

Mesdames et messieurs,

Aujourd’hui, nos deux (2) pays sont fiers de participer enfin, après plusieurs séances de travail sur la « Charte » de l’Initiative, à la première réunion du Comité de Pilotage, l’organe suprême de ladite Initiative qui représente le fruit de notre volonté à parler d’une même et unique voix.

C’est le lieu d’affirmer que la rencontre de ce jour a conduit à l’adoption des textes réglementaires annexes de la « Charte », laquelle avait déjà été approuvée par les hautes instances de chacun des deux pays. Ainsi, avec l’adoption desdits textes et la nomination du Secrétaire Exécutif, nous pouvons dire qu’à partir d’aujourd’hui, l’Initiative Cacao Côte d’Ivoire – Ghana est fonctionnelle. 

Aussi, je voudrais remercier tous nos compatriotes de la Côte d’ivoire et du Ghana qui ont œuvré pour permettre d’arriver à ce résultat, et me tourner vers mon compatriote Alex Pierre-Arnaud ASSANVO, pour le féliciter pour sa nomination méritée en qualité de Secrétaire Exécutif de « l’Initiative Cacao Côte d’Ivoire-Ghana », sur proposition du Conseil des Ministres ivoiriens en sa séance du 20 janvier 2021.

Enfin, je saisis l’occasion pour lancer un vibrant appel à l’ensemble des pays africains producteurs de cacao, à adhérer à cette Organisation qui permettra à nos États d’influencer davantage le marché mondial du cacao. Ainsi, et j’en suis persuadé, nous pourrons améliorer les conditions de vie et de travail de nos producteurs de cacao, acteurs principaux de la durabilité, et qui, sans aucun doute, constituent l’épine dorsale de l’économie cacaoyère.

Il est de notre devoir à tous, Gouvernements, membres de l’organe opérationnel de l’Initiative, partenaires techniques et financiers, producteurs et autres acteurs de la chaine de valeur, d’œuvrer pour la prospérité des activités de l’Initiative car la pérennisation des activités de nos braves producteurs et l’économie cacaoyère en dépendent.

Pour terminer, je salue la présence distinguée des acteurs de la filière cacao, de la délégation venue du Ghana, et surtout des producteurs et productrices de cacao de Côte d’Ivoire.                       

Je vous remercie.

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Meeting de l’opposition : Guikahué donne un autre rendez-vous au stade Félix Houphouët-Boigny

Sama Henri César avertit le pouvoir : "Rien n'est désormais plus figé et une petite cause peut tout faire basculer"