Portrait : Henriette Dagri Diabaté, un modèle de vie et de travail





portrait-henriette-dagri-diabate-un-modele-de-vie-et-de-travail


La Première Dame ivoirienne, Dominique Ouattara, a organisé le  samedi 10 juillet 2021, une cérémonie d’hommage à la grande chancelière de l’ordre national, Henriette Rose Dagri Diabaté. Elle a expliqué que cette célébration vise à permettre aux jeunes générations de femmes, de s’inspirer du modèle de vie et de travail de la toute première présidente d’institution en Côte d’Ivoire.

Mais qui est Henriette Dagri Diabaté ?

Henriette Diabaté est née le 13 mars 1935 à Bingerville, une banlieue de la capitale ivoirienne. Elle a fait son cycle primaire, respectivement à Soubré, Dimbokro et Gagnoa où elle obtient son Certificat d’Etudes Primaires (CEPE). Elle fréquente ensuite le Collège Moderne des Jeunes Filles de Bingerville d’où elle sort avec  son diplôme de BEPC. Quelques années plus tard, elle réussit la première partie de son Baccalauréat  à l’Ecole Normale des Jeunes Filles au Sénégal et obtient le diplôme définitivement au Lycée Classique de Cocody3. Femme politique accomplie, elle est la première femme ministre d'Etat et première femme présidente d'institution en Côte d'Ivoire.

Henriette, la Républicaine...

Avant de commencer sa carrière politique, elle a été professeure d'histoire de 1965 à 1995 à l’Université Felix Houphouët-Boigny de Cocody. Mais sa passion pour la politique va prendre le dessus sur la carrière académique. 

Elle fait partie des membres fondateurs du rassemblement des républicains (RDR), un parti libéral de Côte d'Ivoire, membre du Réseau libéral africain et de l'Internationale libérale. Fondé par Djéni Kobina en 1994, il est présidé par Alassane Ouattara de 1999 à 2017 puis par Henriette Diabaté depuis cette date jusqu’à ce jour. 

En 1999, une partie des leaders du RDR, dont elle, est arrêtée le 27 octobre en raison des violences survenues lors des manifestations organisées par le parti. En novembre, ils sont jugés et condamnés à la prison ferme. Mais cette épreuve ne suffit pas pour faiblir l’ardeur de cette femme, déterminée à mener le combat aux côtés de son mentor, Alassane Ouattara.

Elle est ensuite nommée secrétaire générale du RDR de 1999 à 2017, avant d’être désignée Présidente du RDR lors du 3e Congrès du parti, le dimanche 10 décembre 2017 par l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara.

Henriette Diabaté, la Ministre éprise de culture...

Henriette Diabaté occupe le poste de ministre de la Culture et de la  Francophonie lors du régime militaire de transition en 20002. Elle fait d’ailleurs partie des chevilles ouvrières du palais de la Culture d’Abidjan. 

La volonté du projet de construction de cette maison de la Culture a été initiée par le gouvernement ivoirien sous le Président Félix Houphouët-Boigny, avec M. Bernard B.Dadié,  alors Ministre de la Culture de 1978 à 1982. Mais l’esquisse du Palais de la Culture débute en 1992 avec Mme Henriette Dagri Diabaté alors Ministre de la Culture. Elle prend une part active dans le processus de négociation de la convention qui conduit à la signature du contrat le samedi 26 mars 1994 au Cabinet du Ministre de la Culture en présence des Ministres de la Construction, des Affaires Étrangères et de M. Bernard Zadi Zaourou. 

En 2004, elle occupe le poste de ministre de la justice, sous la présidence de Laurent Gbagbo. Et depuis le 18 mai 2011, elle est la grande chancelière de l’ordre nationale.

Mariée à Lamine Diabaté, un ancien ministre d'État, elle a cinq enfants, dont l'architecte Issa Diabaté. Pour la magnifier et lui rendre hommage, un film intitulé "Henriette, l'Ivoirienne", réalisé par les documentaristes Philippe Calderon et Idriss Diabaté a été présenté au grand public le 6 février 2020, au Palais de la culture d’Abidjan-Treichville. 

"Henriette, l'Ivoirienne", est le portrait de la vision d’une femme engagée, une mère de famille, universitaire travaillant sur la mémoire linguistique et l’histoire des ethnies, "tombée dans la politique", du fait de ses convictions, en matière de cause des femmes et de la démocratie.

"Nous te célébrons aux yeux de tous, pour non seulement montrer combien nous t’aimons, mais aussi pour permettre aux jeunes générations de femmes de s’inspirer de ton modèle", a déclaré Mme Ouattara, lors de cette cérémonie d’hommage.

Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Covid 19: Le point de la situation de la maladie à coronavirus du 10 juin 2020.

Côte d’Ivoire/ Crise au Burida : un collectif d’artistes interpelle le Président de la République