Cherté de la vie : Où sont passées les associations de consommateurs ?





cherte-de-la-vie-ou-sont-passees-les-associations-de-consommateurs


De nombreux Ivoiriens ont pu entendre, à l’émission NCI 360, du 4 juillet 2021, Dr Ranie-Didice Bah épouse Koné, secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre la vie chère (CNLVC), soutenir : " Le kilogramme de viande au Burkina est plus cher que celui de la Côte d’Ivoire ". Une sortie qui a choqué de nombreux téléspectateurs.
En effet, sans s’attarder sur la véracité ou non de cette affirmation, les Ivoiriens pensent ne pas être en concurrence avec un quelconque pays pour désigner lequel des deux vend plus chèrement la viande. Ils considèrent qu’il n’était pas opportun de faire une telle comparaison au moment même où ils ploient sous le coup de la cherté de la vie.
Surtout, cette sortie de la secrétaire exécutive du CNLVC ramène au rôle réellement jouer par ceux qui sont censés défendre les intérêts des populations face à la flambée des prix sur les marchés. Il s’agit notamment des associations de consommateurs qui se terrent dans un mutisme inquiétant. Pire, certains se substituent au gouvernement. On a pu voir sur le plateau de NCI 360, Soumahoro Ben N’Faly, président d’association, au lieu de défendre les intérêts des consommateurs, se muer pratiquement en défenseur des autorités, jetant la faute de l’augmentation des prix des denrées alimentaires sur les intermédiaires.

D’autres se cachent derrière les claviers d’ordinateurs pour avouer leur impuissance face à la situation sur les réseaux sociaux. Appelant la population à prendre ses responsabilités. Mais ce qu’ils oublient, c’est que ce sont eux qui sont représentés dans des conseils d’administration de structures étatiques, au nom des consommateurs, avec tous les avantages que cela comporte.
Là aussi, l’Etat doit prendre ses responsabilités et éjecter de ses structures toutes ses associations de consommateurs qui ne portent que le nom sans pour autant jouer leur rôle sur le terrain. Quand on est une association de consommateurs, on défend les intérêts des populations. Quand on ne le fait pas, on ne doit pas bénéficier des avantages qui y sont liés.

Modeste KONE

En lecture en ce moment

La viande rouge, bien ou mal? Un groupe de chercheurs crée la controverse

Alliance politique: le COJEP de Blé Goudé adhère à la plateforme de Bédié