Rencontre Ouattara – Gbagbo : Ce que les Ivoiriens attendent pour la suite





rencontre-ouattara-gbagbo-ce-que-les-ivoiriens-attendent-pour-la-suite


De retour en Côte d’Ivoire après 10 ans passés à la prison de Scheveningen, à la Haye, en Hollande, l’ancien président Laurent Gbagbo a rencontré le 27 juillet, au palais présidentiel, le président de la République, Alassane Ouattara.

Au cours de cette rencontre, les deux personnalités se sont parlé "amicalement et fraternellement", dans une atmosphère décontractée.

Cette rencontre qui sonnait le glas des va-t-en-guerre qui comme des sangsues ne tirent leurs pitances  que des divergences politiques, a été saluée à sa juste valeur par les Ivoiriens qui n’en demandaient pas moins.

D’ailleurs, le jour J et à l’heure H, les Ivoiriens, épris de paix, zappaient sur les déférentes chaines de télévisions pour voir l’événement en direct.

Ceux qui n’étaient branchés que sur la RTI n’ont pas eu ce privilège, la chaine nationale n’ayant pas jugé utile de passer l’événement en direct.

Au lendemain de cette audience, les messages de félicitation et d’encouragement ont fusé de partout.

Les deux personnalités se sont félicitées de la tenue de cette rencontre cordiale et amicale que tout le monde demandait.

Elles ont convenu de se revoir de temps en temps pour continuer ces entretiens en y associant d’autres personnalités. Devra-t-on s’attendre à voir les trois grands, à savoir Ouattara-Bédié et Gbagbo autour d’une même table ? Le président va-t-il aller plus loin en y associant Guillaume Soro ?

Pour cette première rencontre après plus de 10 ans de silence, les deux hommes ont montré de belles dispositions d’esprit.

Ce moment, qualifié à juste titre d’historique a commencé à donner ses fruits. En effet, à la veille de la célébration du 61e anniversaire de l’accession de la Côte d’Ivoire à l’indépendance, le président de la République, comme à l’accoutumé, a accordé la grâce à 3.000 prisonniers. Parmi ceux-ci, figure des personnalités politiques, notamment N’Dri Kouadio Narcisse, directeur de cabinet du président Henri Konan Bédié, de même que des cadres du Front populaire ivoirien (FPI), arrêtés suite à la crise postélectorale de 2020.

L’on se souvient que lors de sa rencontre avec le président de la République, Laurent Gbagbo avait plaidé pour la libération des prisonniers politiques et militaires de la crise postélectorale de 2011. Même si ce vœu n’est pas encore effectif, l’espoir est tout de même permis.

Pour l’heure, tous les signes montrent la bonne disposition des leaders politiques à aller à la réconciliation.

Dans son discours à la nation, vendredi, Alassane Ouattara a "réaffirmé son attachement au dialogue".

Abondant dans le même sens, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, dans un message délivré ce même vendredi, s’est engagé à la reconstruction du pays, "dans le dialogue avec ses jeunes frères, les Présidents Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo avec l’implication de tous les fils et les filles de notre beau pays".

La lecture de ces messages laisse entrevoir leur prédisposition à aller à la paix et à la réconciliation.

Tout ce que les Ivoiriens souhaitent, c’est qu’ils maintiennent le rythme. Ils doivent s’attendre à ce que certaines personnes, essaient d’attiser le feu. Mais qu’ils restent solides. C’est la Côte d’Ivoire qui sortira ainsi grandie et le leur revaudra.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Bonne gouvernance : la Haute autorité appelle les députés à déclarer leurs biens

Amélioration du système de maintien de la qualité des services d’eau et d’assainissement: l'Association africaine de l'eau (AAE) interpelle les gouvernants