FPI : Après le départ de Gbagbo, Affi face à la dure réalité





fpi-apres-le-depart-de-gbagbo-affi-face-a-la-dure-realite


Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan est en roue libre pour le contrôle et la gestion du parti après que Laurent Gbagbo a finalement jeté l’éponge sur ce qui pouvait être appelé bataille de leadership au FPI.

Maintenant qu’il est seul à bord, Affi N’Guessan va se retrouver face à la dure réalité du terrain. Il n’aura désormais, personne d’autre devant lui sur qui s’appuyer. Il devra compter en premier sur lui-même et être aussi, la personne sur qui, ses collaborateurs et autres militants du parti devront s’appuyer pour donner une autre assise au FPI. Mais une chose est certaine, la tâche ne sera pas aisée.

TROUVER LES PERSONNES QU’IL FAUT A LA PLACE DES DEMISSIONNAIRES

Dans cette guéguerre pour le contrôle du parti, le président Affi N’Guessan a perdu plusieurs de ses proches collaborateurs, notamment, son secrétaire général et porte-parole, Agnès Monnet, des vice-présidents, et de simples militants qui ont dû lui donner dos suite à la confirmation du divorce entre Laurent Gbagbo et lui.

Même si au secrétariat et au porte-parolat, Issiaka Sangaré réussit à jouer avec brio, ce rôle, il faut tout de même reconnaitre que chacun a sa touche particulière dans l’animation des rôles. Avec Agnès Monnet, beaucoup avait espoir que les morceaux pouvaient toujours être recollés surtout que son époux, Léon Emmanuel Monnet, proche de Laurent Gbagbo était dans l’autre camp.

Quant au départ des vice-présidents, il reviendra à Affi de trouver les personnes qu’il faut pour leur succéder valablement et non faire du bouche-trou.

APRES AVOIR POSITIONNE LES PERSONNES, IL FAUDRA ALLER SUR LE TERRAIN

L’un des plus grands défis du président du FPI, c’est la conquête sinon la reconquête du terrain. Convaincre les militants et le citoyen lambda de la justesse de sa décision de rompre totalement avec Gbagbo et d’être désormais le seul capitaine du bateau. Cette épreuve du terrain est d’autant plus difficile quand on se réfère aux dernières élections législatives où le FPI n’a pu récolter que deux sièges, tous à Bongouanou, la région natale d’Affi N’Guessan. Comment réussir à remplir "l’enveloppe" vide à lui laissée par Laurent Gbagbo ? Une interrogation qui devrait pousser Affi à avoir de l’élégance dans la parole.

LE LANGAGE A TENIR

C’est à ce niveau qu’Affi devra montrer sa grandeur d’esprit et sa capacité à gérer les situations difficiles. Aujourd’hui, n’étant plus avec Gbagbo, il va de soi que les propos désobligeants de ceux qui le considèrent comme un traitre, un homme qui n’est pas reconnaissant, ne manqueront pas.

Quel langage tenir quand on a affaire à un public hétéroclite ? Être brutal ou conciliant ? En toute chose l’élégance dans la parole s’impose s’il veut lui aussi s’imposer. Etre au-dessus de la mêlée et dribbler ainsi, tous ceux qui s’attendent à ce qu’il passe son temps à lancer des piques à son ex leader Laurent Gbagbo avec qui ils ne sont plus en odeur de sainteté. Savoir toujours garder son calme et non être dans l’euphorie, en se disant qu’en définitive, Gbagbo n’est pas sa cible. Lancer des pierres à l’ex président ne lui apportera pas grand-chose. Bien au contraire, il risque même de perdre les militants qui hésitent encore à le quitter. Son seul adversaire demeure, le pouvoir en place. Que compte-t-il mettre en place pour s’attirer la faveur des Ivoiriens et des électeurs ? C’est à cela qu’il doit s’atteler. En dehors, tout autre combat n’est que puéril.  

LES RESSOURCES FINANCIERES

Un parti politique qui n’a pas de ressources financière n’existe que de nom. Comment pascal Affi N’guessan, lâché par ses amis d’hier va-t-il s’arranger pour renflouer les caisses du parti ? Surtout quand on sait que les cotisations des membres arrivent difficilement sinon pas du tout à faire fonctionner un parti.

A lire aussi: Bertrand Diby Ako (ex-membre du Rhdp) ‘’ Affi N’Guessan n’a plus d’avenir politique ‘’

Faire une tournée nationale ou même organiser une simple rencontre nécessite des moyens non négligeables. Et en l’état actuel des choses, une tournée d’explication s’impose. Que va faire Affi ?

Va-t-il compter sur l’argent public, c’est-à-dire le financement alloué aux partis politiques ? Là aussi, cette ressource ne sera certainement pas suffisante avec seulement deux sièges à l’Assemblée nationale. Grosse difficulté que devra résoudre Affi, s’il ne veut pas être à la merci des autres partis dits « grands », surtout que ces détracteurs le taxent d’être à la solde du pouvoir en place. 

LES ATOUTS

Au-delà de toutes les difficultés qui se dressent sur son chemin, Pascal Affi N’Guessan possède des atouts qui, bien utilisés, peuvent lui permettre de relever les défis. En effet, l’ancien Premier ministre a pu et su tenir durant 10 bonnes et longues années, le parti. Et ce ne sont pas les difficultés qui ont manqué tant avec le pouvoir en place qu’au sein de sa formation politique où il a bataillé dure avec les siens jusqu’à un moment où le parti a fini par se scinder en deux parties. L’aile souple qu’il dirigeait a fait face, durant tout une décennie, à une autre, dite aile dure, conduite en son temps par feu Aboudramane Sangaré avec en arrière, un Laurent Gbagbo qui semblait indifférent mais qui en réalité avait pris fait et cause pour le camp de la dissidence.

A lire également: Crise au FPI, Affi répond à Gbagbo : "de (ton) fait notre parti est aujourd’hui affaibli".

La mort d’Aboudramane Sangaré n’a rien changé à la donne, la relève ayant été assurée par Assoa Adou, jusqu’au retour de leur leader à tous, Laurent Gbagbo. Et là les choses ne vont toujours pas s’arranger au point d’arriver au chemin du non-retour, la séparation totale.

Avec toutes ces difficultés rencontrées çà et là, Affi N’Guessan peut se targuer d’avoir eu une bonne dose d’expérience lui permettant de faire face à l’adversité, d’où qu’elle vienne et donc de s’appuyer sur ces acquis pour conduire son parti.

Il lui revient de savoir faire bon usage de cette expérience acquise au prix de mille et un efforts. C’est lui et son parti qui en seront les grands bénéficiaires.

Sur le même sujet: Crise au Front populaire ivoirien : Gbagbo abandonne le FPI à Affi et propose la création d’un nouveau parti

 

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Camp d'entraînement international de lutte : les lutteurs ivoiriens préparent le tournoi de qualification olympique

Côte d’Ivoire / Après les attaques de Arafat DJ contre lui : Ariel Sheney reçoit le soutien d’acteurs du coupé-décalé