Lutte contre le tabac, le Pr Alexandre Kouassi, pneumologue prévient : « Aucune partie de l’organisme humain n’est épargnée par le tabac »





lutte-contre-le-tabac-le-pr-alexandre-kouassi-pneumologue-previent-aucune-partie-de-lorganisme-humain-nest-epargnee-par-le-tabac


Le tabagisme demeure un fléau dans le monde entier malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation. Professeur Kouassi Boko Alexandre, pneumologue, enseignant à l’Université de Cocody, et responsable de l’unité de sevrage tabagique du Centre hospitalier universitaire de Cocody, explique, dans cette interview, les dangers auxquels s’exposent les consommateurs du tabac. Il s’est également prononcé sur la loi anti-tabac votée en 2019 et a également jeté un regard sur l'industrie du tabac.  

Pouvez-vous nous définir les notions de tabagisme passif et tabagisme actif?

Le tabagisme actif, c’est celui qui décide volontairement de s’intoxiquer, il prend le tabac, il fume. Le tabagisme passif, c’est celui qui n’a pas décidé de fumer, mais qui subit l’effet de la fumée de son voisin ou bien de quelqu’un qui fume à côté de lui. Ce qu’il faut retenir si vous subissez l’effet de la fumée de façon répétée, vous vous exposez aux mêmes risques que celui qui fume régulièrement.  Nous avons eu le cas d’un chauffeur qui conduisait son patron. Le patron à l’arrière fumait régulièrement, mais le chauffeur a fait un cancer de poumon. 

Quelles sont les maladies auxquelles s’exposent les fumeurs

Le tabac peut entrainer toutes sortes de maladies. Aucune partie de l’organisme humain n’est épargnée par le tabac  Des cheveux jusqu’aux pieds, le tabac peut agir, et les conséquences sont désastreuses. Il y a des maladies qui ont des effets immédiats, mais d’autres peuvent devenir des maladies chroniques et des fois incurables.   Il y a plus de 4000 substances toxiques dans le tabac, et ces substances sont de véritables dangers de mort. Il y a des substances qui agissent sur le cerveau, il y a des substances qui prennent la place de l’oxygène dans l’organisme. Vous savez, toute cellule du corps humain a besoin d’oxygène pour vivre. Et quand l’oxygène n’a plus de place pour se fixer sur le sang, cela peut entrainer des complications. Il y a des substances qui détruisent les poumons, entrainant ainsi des maladies respiratoires, Et il y en a d'autres qui provoquent les cancers, depuis la bouche jusqu’aux poumons.  Le tabac agit également sur le cœur. Il y a des petits vaisseaux qui nourrissent le cœur, et le tabac détruit progressivement ces vaisseaux. Une fois que ces vaisseaux sont obstrués, le sang ne circule plus, et le fumeur peut tomber et mourir sur le champ, ce qui passe au niveau du cœur, peut se passer au niveau du cerveau, là on parle d’AVC. Cela peut également se passer au niveau des pieds, et là ça peut entrainer l’amputation. Le tabac agit sur le sexe, les troubles d’érection et l’impuissance sexuels. En un mot, il n’y a pas un organe qui est épargné par la cigarette .

 

Parlez-nous brièvement des nouveaux produits du tabac, sont-ils aussi dangereux que le tabac ?

La chicha ou le narguilé est plus dangereuse que la cigarette. Les gens disent que dans la chicha, il y a de l’eau qui filtrerait le tabac, c’est faux. Selon les estimations, une bouffée de Chicha fait facilement 20 cigarettes. Regardez ceux qui fument la chicha, ils inhalent à fond, et quand il rejette, la fumée est très opaque, une fumée épaisse. Et c’est très dangereux. La Chicha peut aussi provoquer d’autres maladies comme l’hépatite B ou la tuberculose. Toutes les complications que j’ai cité avec le tabac sont multipliés par 5 avec la chicha. Il n’y a pas de produit tabagique qui ne nuit pas à la santé. Quel que soit le mode de consommation, il y a toujours des complications.

Les produits du tabac sont dangereux pour la santé, mais pourquoi nos Etats laissent les sociétés de tabac mettre ces produits sur le marché ?

Il faut comprendre qu’initialement, on ne voyait pas les complications de la consommation du tabac. Les gens disaient que le tabac était une plante miraculeuse qui soignait certaines douleurs. ll a fallu des années pour se rendre compte que ceux qui en consommaient avaient des complications, alors que les industries du tabac étaient déjà nées, des gens ont investis dans la chose, on ne pouvait pas arrêter comme ça. Deuxième raison, c’est que celui qui fume le tabac, il est dépendant, il a droit à sa liberté.  Ce qu’il faut faire, il faut sensibiliser les populations et prendre des mesures qui vont inciter les populations à laisser les tabac….

Que pensez-vous de la loi anti-tabac qui a été votée en 2019 pour justement lutter contre le tabagisme ?    

C’est un ensemble de lois que l’Oms a proposé au niveau de la lutte contre le tabagisme,   Et leurs objectifs , c’est de faire en sorte que la consommation du tabac recule. Déjà il y a la réduction considérable de l’espace des fumeurs, avant que cette loi ne soit promulgué. Le président avait pris un décret qui interdisait de fumer dans les lieux publics. un autre aspect qui est important, c’est le prix du tabac. Vous savez que le tabac coûte moins cher en Afrique. Avec 25 Fcfa , on peut fumer. Il fallait augmenter le prix de sorte que le fumeur soit décourager d’aller acheter quelque chose qui coûte cher. C’est vrai qu’il y a eu la loi, mais ce n’est pas respecté. Aujourd’hui on a un enfant de cinq ans qui peut aller acheter de la cigarette, alors que c'est interdit. On ne doit plus vendre la cigarette en détail, on doit les vendre en paquet, mais ce n’est pas encore respecté. Si l’Etat décide de lutter contre le tabagisme, il faut donc appliquer les décisions qui sont prises. Une chose est d’avoir la loi, une chose est de l’appliquer.  La population doit également s’approprier cette règle.

Quels conseils pouvez-vous donnez à ces personnes qui fument le tabac ?

Le conseil que je peux donner, c’est surtout à la jeunesse. Généralement on commence à fumer à l'adolescence, on pense que c’est un élément de plaisir, on pense que c’est pour frimer, pour se montrer. C’est vrai qu’à ces débuts, on peut frimer avec. Mais, à la longue, ça devient une véritable gangrène. On ne peut pas s’en débarrasser facilement, donc il faut éviter de commencer ce qu’on ne peut pas terminer …. Le tabac tue, le tabac entraine une tragédie humaine...

A ceux qui fument et qui ont des difficultés à arrêter, c’est dans ce cadre-là, qu’il y a le centre de sevrage tabagique qui existe au Chu de Cocody au 12e étage. Venez consulter le centre, Il y a des médecins qui ont été formés pour ça, qui vont vous aider. J’ai fait le constat que le taux de succès n’est pas mal, il y a plus de 30% de fumeur qu’on a aidé, quand nous sommes dans les pays développés, qui ont plus de moyens, le taux est encore meilleur.

Vous parlez de moyens dans les pays développés. Est ce à dire qu’il faut mettre assez de moyens pour lutter contre le tabac?

Oui et c’est maintenant qu’il faut accentuer le combat, il faut sensibiliser la population, il faut aller vers les populations, il faut créer des conférences. En tout cas, nous avons une équipe qui est disponible et qui est prête pour faire ce genre d’activités.

Avez-vous un message de fin à lancer ?

Le tabagisme est un sujet qui mérite d’être évoqué, qui mérite d’être abordé assez souvent parce qu’on le dit dans les livres saints ‘’mon peuple périt par manque de connaissances ‘’. Les gens meurent et sont en train d’avoir des maladies par manque de connaissances, Ce genre d’entretien doit être répété assez régulièrement pour que nos populations soient suffisamment informées.  

Interview réalisée par Gael ZOZORO

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Région du Béré : le ministre Moussa Dosso fait don de 15 millions de sucre et de lait

Covid 19: L'OMS suspend temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine