Viol d’une institutrice à Sandégué : Les femmes journalistes de Côte d’Ivoire indignées





viol-dune-institutrice-a-sandegue-les-femmes-journalistes-de-cote-divoire-indignees


Dans un communiqué rendu public ce mardi 12 octobre 2021, l’association des femmes journalistes de Côte d’Ivoire (AFJCI) s’est indignée contre le viol d’une institutrice à Sandégué il y a quelques jours.

Trouvez-ci-jointe l’intégralité de la déclaration

COMMUNIQUE

 Nous avons été outrées et scandalisées d'apprendre le viol d'une institutrice à Sandégué, dans la région du Gontougo.

Indignées, nous condamnons avec toute notre énergie cet acte ignoble portant atteinte à l'intégrité et à la dignité de la femme.

Nous, femmes journalistes de Côte d'Ivoire, rappelons que le viol est un acte sévèrement puni par la loi, passible d'une peine de prison allant de 5 à 20 ans pour les cas de viol sur adulte et à vie pour les cas de viol sur enfants et personnes vulnérables.

Nous invitons les autorités compétentes à mettre tout en œuvre non seulement  pour la protection des femmes, des enfants et des couches vulnérables mais aussi pour que les coupables soient arrêtés et subissent la rigueur de la loi. 

Aussi, faut-il le souligner,  les femmes journalistes de l'AFJCI, la voix des sans voix, se tiennent à la disposition de la population ivoirienne pour dénoncer tout acte ou tentative d'abus, de maltraitance ou de viol sur les femmes et les enfants.

La présidente de l'AFJCI, Marlyse KONAN

Partarger cet article

En lecture en ce moment

La ministre Kaba Nialé décline ses chantiers majeurs de 2020

Le RHDP se réunit Conseil politique en février pour la date de désignation du candidat du RHDP