PPA-CI : Un ancien cadre du FPI fait des révélations sur la politique mise en place pour écarter Simone Gbagbo du nouveau parti de Gbagbo





ppa-ci-un-ancien-cadre-du-fpi-fait-des-revelations-sur-la-politique-mise-en-place-pour-ecarter-simone-gbagbo-du-nouveau-parti-de-gbagbo


L'ancien secrétaire général adjoint du Front populaire Ivoirien (FPI), l'Honorable Nestor Mady Bouabré, a fait des révélations sur le processus qui a conduit à l'absence de Mme Simone Éhivet Gbagbo au Congrès du Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI), nouvelle formation politique de Laurent Gbagbo ainsi qu’à la cérémonie de présentation des organes de direction dudit parti.

L’ancien cadre du FPI, dans un document, démontre que la mise à l’écart de Simone Gbagbo est "l’aboutissement logique d’un processus savamment orchestré".

A lire aussi: Après l’exclusion de Simone de la nouvelle formation politique de Gbagbo, un ancien cadre du FPI lui lance un appel pressant

Pour cet ex cadre du FPI qui dit avoir vécu au cœur du système depuis la naissance officielle du FPI et pour y avoir assumé diverses hautes fonctions dans la direction, cette mise à l’écart de Simone Gbagbo était prévisible eu égard aux évènements qui se sont succédé depuis la sortie de prison de l’ex première dame.

Dans une analyse qu’il a partagée avec Me Habiba Touré porte-parole adjoint du PPA-CI, Nestor Bouabré retient trois grandes périodes qui ont marqué l’ex parti de Laurent Gbagbo.

La première période, celle qu’il considère, comme la "période de la résurgence de tous les espoirs", est marquée par la libération des prisonniers, l’animation du parti sous la conduite de Sangaré Aboudrahamane.

"L’espoir de la revitalisation du Parti, du fait de la sortie de prison de ses ténors, suite à une amnistie prise par le chef de l’Etat, était grande". Mais cet espoir sera de courte durée, après que Simone Gbagbo lors d’une cérémonie d’action de grâce, a adressé ses remerciements au président de la République, Alassane Ouattara, a-t-il poursuivi.

Ces remerciements vont sonner chez certains militants comme une trahison de la lutte de la part de l’épouse de Laurent Gbagbo.

La deuxième période est celle allant du 3 novembre 2018 à la première quinzaine de juin 2021

Cette période, il la qualifie de "période de l’ostracisme de Mme Simone Ehivet Gbagbo".

Lors du décès de Sangaré Aboudrahamane, alors que Simone Gbagbo, en sa qualité de 2e vice-président, donc président par intérim, préparait le communiqué du décès, un communiqué qui émanerait du président Gbagbo mettait fin au principe de l’intérim de la présidence du Parti, et informait que le président Laurent Gbagbo assumait dorénavant pleinement la direction du Parti.

" Dès cet instant, tout portait à croire qu’on ne voulait plus de Mme Simone Ehivet Gbagbo dans le parti", a-t-il déduit.

Et enfin, la fatidique date du 17 juin, jour du retour de Laurent Gbagbo. Période que l’auteur qualifie de "Période de parachèvement du plan visant à écarter définitivement Mme Simone Ehivet Gbagbo".

Simone Gbagbo, en sa qualité d’épouse et de 2e vice-présidente du FPI, a fait le choix d’aller accueillir le président Laurent Gbagbo qui revenait au bercail après 10 années passées loin des siens. Pour, dit-elle, explique l’auteur, "saluer la conclusion positive et victorieuse de la lutte pour le retour au pays du président Laurent Gbagbo".

Et là, elle va subir "Humiliation ! Avanie ! Agressions physiques et verbales !".

Outre ces faits majeurs, l’honorable fait savoir que Simone n’a pas été associée à la création du nouveau parti de Gbagbo et chaque fois, elle se retrouve devant le fait accompli.

" C’est donc contre toute attente que le lundi 25 octobre dernier, le président Laurent Gbagbo a délégué le président exécutif du PPA-CI, M. Hubert Oulaye, au domicile de Mme Simone Ehivet Gbagbo, pour lui proposer d’intégrer le CSP".

Cette surprenante visite du Président Exécutif du PPA-CI, M. Hubert Oulaye, se faisait à 10h30, c’est-à-dire, une demi-heure avant la publication de la liste des membres de cette instance, lors d’une conférence de presse qu’il devait lui-même animer", a-t-il fait savoir. Et d’expliquer que c’est le même mode opératoire qui a été utilisé le lundi 9 août 2021, jour de l’annonce de la création du nouveau parti : Faire semblant de consulter, d’associer à la décision, alors que tout est déjà scellé.

"Cette proposition de nomination nous parait tout à fait incongrue et elle heurte les principes et textes fondateurs du PPA-CI. Par quel miracle Mme Simone Ehivet Gbagbo peut-elle être nommée membre d’un organe du PPA-CI, alors même qu’elle n’a pas encore adhéré à ce Parti ?", s’est-il interrogé.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Affaire "patiente morte par manque d’oxygène" à l’hôpital général de Port-Bouët : le Ministère dit sa part de vérité

Presse : le FSDP présente, ce jeudi, ses interventions au profit des médias privés