Des journalistes se forment à l’écriture d’une information complète





des-journalistes-se-forment-a-lecriture-dune-information-complete


Le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) en collaboration avec le Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP) a organisé, les jeudi 11 et vendredi 12 novembre 2021 à la Maison de la presse d’Abidjan (MPA), une formation des journalistes sur comment avoir une information complète en journalisme.

Cette formation, qui s’inscrit dans une série de 12 sessions, entre dans la droite ligne du renforcement des capacités de la chaine de production de l’information initiée par le GEPCI et vise à améliorer la qualité des écrits.

Le formateur, Abdoulaye Villard Sanogo, directeur de publication de Pressecotedivoire.ci et membre du GEPCI a, dans une démarche fluide et digeste, énuméré les critères qui amènent le journaliste à traiter telle information au détriment d’une autre. Selon lui, le journaliste fait son choix en fonction de "l’opportunité, l‘impact, la proximité, la controverse, la notoriété, l’insolite et de l’actualité".

Il a insisté pour que cette information traitée soit dans "toute sa totalité, sa nudité". Et pour parvenir à une information complète, il a donné les démarches à avoir à savoir se poser une série de questions, qui, quoi, où, quand, pourquoi et comment.

Dans la réaction des informations recueillies, le formateur a conseillé la neutralité. "Cela demande au journaliste de faire attention à ses émotions, aux émotions des autres et aux apparences", a-t-il conseillé et de conclure, "il faut toujours garder ses distances et se laisser une porte de sortie".

Ouverte le 14 octobre, cette série de 12 sessions de renforcement des capacités s’étend sur deux mois. Elle prendra en compte les directeurs de publication, les rédacteurs en chef, les secrétaires de rédaction, les journalistes débutants, les journalistes d’investigation, les journalistes web, les correcteurs de presse, les infographistes et les caricaturistes.

Initié depuis 2017, ces séances de formation dénommées l’Ecole du Gepci est, selon le premier responsable du groupement, Zohoré Lassane, "une réponse, parmi tant d’autres, au défi de professionnalisation de l’exercice du métier de journaliste, mais aussi de toute la chaîne de production pour une plus grande viabilité économique de la presse en Côte d’Ivoire".

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Suspension de l’AFI par la FIFpro : la curieuse réponse de Cyril Domoraud

Le tournage d’un clip du rappeur Booba attaqué par des hommes armés