Avant la fin de l'année, le "3 fois merci" de Bomou Mamadou à ses fans





avant-la-fin-de-lannee-le-quot3-fois-merciquot-de-bomou-mamadou-a-ses-fans


Trois dates à retenir : 27 novembre, 4 et 11 décembre. Trois villes à visiter : Abidjan, Bouaké et Korhogo. En cette période de fin d’année, Bomou Mamadou, artiste pluridisciplinaire, a décidé de dire merci à ses fans à travers une série de concerts qui le mèneront dans la capitale économique ivoirienne et dans les capitales des régions du Gkêkê et du Poro.

"3 fois, merci", c’est le concept qui soutient ces événements, car le maître de la parole a décidé d’aller vers ses fans pour leur exprimer sa reconnaissance pour le soutien sans faille qu’ils lui ont apporté depuis le début de sa carrière.

"Il n'y a pas de reconnaissance de l'homme à Dieu sans reconnaissance de l'homme à l'homme !", affirme l’artiste. Qui ajoute : " je ne suis que celui que vous avez fait, faites et continuez de faire. Vos critiques, vos bénédictions, cela se chante, se danse et se dit en ce que dire est beau de dire". Selon l’artiste lui-même, après 2006 voici son concert au palais de la culture pour dire 3 fois merci. Après Nelo ! "Ce n'est pas un anniversaire de carrière, c'est merci merci merci", lance-t-il.

Transfuge du village Kiyi dont il est le co-fondateur, en 1985, avec Wêrêwêrê Liking-GnepoBomou Mamadou fait partie de cette race d’artistes qu’on pourraient qualifier de complet sans risque de se tromper. Comédien, danseur, auteur-compositeur, metteur en scène, chorégraphe, conteur, etc., le natif de Dimbokro, depuis Nelo en 2006 qui a connu un réel succès, n’a plus sorti d’album. Il n’a pas pour autant chômé. Il a mis à profit cette période pour développer et démontrer au public ivoirien une autre facette de l’artiste qu’il est : la célébration de la parole qui "n’est belle que dans la bouche de ceux qui savent la dire". Un exercice si bien réussi qu’on le surnomme, à juste titre d’ailleurs, "le maître de la parole". Son verbe, il l’a conjugué sur diverses scènes, devant des personnalités aussi illustres les unes que les autres. Son mérite de griot des temps modernes a même été reconnu au Rwanda, en 2020, où il a reçu le prix PADEV du meilleur parolier d’Afrique.

Alors qu’il prépare, dans la pure discrétion, sa prochaine œuvre, le digne fils du peuple gagou a décidé de faire une pause pour dire "3 fois merci" à ses fans avec des concerts à Abidjan, Bouaké et Korhogo. Un voyage musical à travers le temps qui permettra de réécouter ou de découvrir "Anangotchê", "Shaka", "Osagyefo", etc., des titres qui sonnent et résonnent encore dans les esprits des amoureux de l'art à l'état pur, la musique, la vraie.

Modeste KONÉ

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Coronavirus : Bodo Honoré (député de Buyo) « Chacun doit poser une petite action dans son village »

Covid-19 : "Le Coronavirus peut être transmis par les animaux de compagnie"