Reprise du dialogue politique : Blé Goudé « espère que ce n’est pas une occasion de partage de pouvoir et de postes »





reprise-du-dialogue-politique-ble-goude-espere-que-ce-nest-pas-une-occasion-de-partage-de-pouvoir-et-de-postes


Le président du Congrès panafricain pour la Justice et l'Egalité des peuples (Cojep), Charles Blé Goudé dit espérer que le dialogue politique dont le 5e round, a été ouvert le 16 décembre ne soit pas une occasion de partage de pouvoir et de postes ministériels.

« J’espère que ce n’est pas encore une autre occasion de partage de pouvoir, j’espère que ce n’est pas simplement une occasion de partage de postes ministériels et de DG », a déclaré ce lundi, à la Haye, l’ex leader de la jeunesse patriotique, dans une interview a des journalistes, qui lui servait de message de nouvel an.

Blé Goudé qui a rappelé que la Côte d’Ivoire n’est pas à son premier dialogue a souhaité qu’on ne donne pas du réchauffé. Et de préciser que bien qu’il n’ait pas été convié à ces assises, sa personne ne devrait pas poser un problème.

A l’ouverture de ces assises le 16 décembre 2021, Blé Goudé bien que saluant l’initiative, a dénoncé le fait que son parti n’ait pas été convié, rappelle-t-on.

Il a expliqué qu’après la crise postélectorale de 2010, il s’est retrouvé à la Haye parce que considéré comme un des acteurs majeurs de cette crise.

« Nous sommes considérés comme des acteurs majeurs. Si je fais partie du problème, on doit comprendre que celui qui a fait partie du problème doit faire partie de la solution. Si le dialogue a pour objectif de trouver des solutions à la crise, vous voyez que ma table est vide. C’est moi le président du Cojep, donc nous devons être présent », a déduit Blé Goudé avant de lancer à nouveau un appel au gouvernement.

« Je lance encore cet appel. Je dois être autour de cette table. Parce que je fais partie du problème, je dois faire partie de la solution » et de rappeler que « si un dialogue a été initié, c’est qu’il y a nécessité. Ce que la Côte d’Ivoire a besoin après tant d’année de crise, c’est que ces filles et fils s’asseyent autour d’une table pour poser le problème.

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Menace de grève à CI Logistique: Vers une perturbation des immatriculations des véhicules

Kandia Camara visite des salles construites à partir de plastique recyclé à Gonzagueville