Affaire « Retour de Laurent Gbagbo à l'Église catholique » : Un prêtre répond à l’Archevêque Guy-Vincent Kodja





affaire-retour-de-laurent-gbagbo-a-leglise-catholique-un-pretre-repond-a-larcheveque-guy-vincent-kodja


Dans une sortie où il a tenté de justifier le retour de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo à l'Église catholique, l’Archevêque Guy-Vincent Kodja, a expliqué que l’homme politique était à la recherche d’une protection. Présentant le pouvoir financier comme un signe de puissance et de gloire. Pour le Père Marius Hervé Djadji du diocèse de Yopougon, c’est une interprétation erronée. Dans une réflexion qu’il a rendu public, il explique.

Je fais cette réflexion pour vous répondre simplement parce que ces genres de propos créent de la confusion surtout lorsqu’on joue de manière rusée sur le vocabulaire. Avec un regard simpliste, on peut applaudir votre déclaration. Mais quand on fait une herméneutique ecclésiologique, c'est toute l'ecclésiologie de l'Église catholique qui est remise en cause. J’ai donc le droit d’éclairer les lecteurs.
Vous définissez l'Église catholique ou même vous la réduisez au matériel. Pour vous, le pouvoir, la puissance et la gloire découlent de l'or, des sommes colossales et de l’immobilier. Ici, vous définissez l'Église à partir de votre théologie de la prospérité et de la couverture spirituelle. J'aimerais juste vous inviter à connaître la signification de l'Eglise. Quand on parle de l'Eglise, on la définit comme étant l'ecclesia, c'est-à-dire l'assemblée de ceux qui ont répondu à l'appel de Dieu. Voilà pourquoi l'Église est le peuple de Dieu.
Donc, dans la définition de l'Église, il y a deux réalités.
D'un côté, il y a Dieu qui appelle et d'un autre côté, il y a des hommes qui répondent. Quand on parle de l'Église, il y a le visible et l'invisible, le spirituel et l'institutionnel, mais les deux sont intiment liés. Ce n'est pas l'aspect visible, humain de l'Église qui fait sa gloire. Ce qui fait l'Église, c'est son fondement, c'est la Trinité. Et selon Paul, l'Église est le Corps du Christ qui est la tête. Étant donné que l'Église a une dimension humaine, visible, institutionnelle, depuis le livre des Actes des apôtres (Ac 2,42), la première communauté s'organisait pour subvenir aux besoins des pauvres et de l’évangélisation. Ce fonctionnement se trouve dans le premier peuple de Dieu. Vous pouvez lire le Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible) pour comprendre l’organisation du peuple choisi par Dieu.
Tout ce qui est matériel dans l'Église ne fait pas sa gloire, mais est utilisé pour le culte, l'évangélisation et la charité parce que c’est à Dieu qu’appartient et revient le matériel. C'est avec de l'argent qu'on construit les églises, qu'on organise l'Église au niveau matériel. Ce qui fait la gloire de l'Église catholique, c'est la Trinité sainte, ce qui fait la gloire de l'Église catholique, c'est qu'elle est apostolique, elle est l'Église de Pierre et de Paul, ce qui fait l'Église catholique, c’est ce qu’elle a été et est pour le monde malgré ses fragilités. Donc la gloire de l'Église catholique, c'est Dieu. Elle ne bénéficie que de la gloire rendue à Dieu.
Si l'Église catholique tient encore sur cette terre, c'est à Dieu que revient la gloire. Cette Église, est le tri-dimensionnelle : il y a l'Église en marche sur terre, il y a l'Église souffrante et il y a l'Église triomphante au ciel, c’est l’ensemble de tous ces croyants unis qui forment l’Église. Le peuple de Dieu encore sur terre se purifie chaque jour parce qu'il est pécheur. Voilà pourquoi dans l'Église catholique, on fait toujours la prière du Confiteor (je confesse à Dieu), parce que les hommes qui sont dans l’Eglise sont des pécheurs qui recherchent la miséricorde de Dieu, mais la Tête de l’Eglise qui est Dieu est sainte c’est en ce sens que nous disons que l’Eglise est sainte. L’Église catholique trouve sa force dans son humilité, dans la kénose, donc dans la croix.
À partir de ce petit détour ecclésiologique, vous pouvez comprendre que ce qu’est l’Église découle de Dieu.
Donc si le président Gbagbo a choisi de revenir à l'Église catholique, ce n'est pas pour rechercher un manteau économique, politique, militaire et protecteur. C’est au nom de la liberté religieuse, au nom de ses propres convictions. Vous faites ici un véritable procès d’intention au président Gbagbo. Je pense bien que si le président voulait un manteau protecteur, il allait demander la nationalité américaine, russe ou chinoise parce que ces nations sont économiquement, militairement et politiquement plus puissantes que le Vatican.
Monsieur Guy Vincent Kodja, ne construisez pas votre gloire dans le matériel, car tout passe, tout est vanité. Une communauté chrétienne, une Église, une confession religieuse et les groupes de prière ainsi que les pasteurs ne doivent pas fonder leur gloire dans le matériel, car comme dit le psalmiste : « l’homme comblé qui n’est pas clairvoyant, ressemble au bétail qu’on abat » (Ps 49). Je vous invite à méditer le Psaume 49.
Retenez que l'Église catholique est en marche sur cette terre sans rechercher la gloire terrestre. Elle marche, trébuche, se relève, continue humblement le chemin de la croix pour sa destinée qu’est la gloire éternelle qui se révélera à l’Eschaton.

Père Marius Hervé Djadji
Prêtre du diocèse de Yopougon

En lecture en ce moment

Laurent Gbagbo face aux épouses des détenus politiques : "C’est en Afrique qu’on met toujours les hommes politiques en prison"

Recensement général de la population et de l’habitat : l’opération démarre le 1er novembre