Difficulté de Distribution des journaux : Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) s’enquiert de la situation de la presse





difficulte-de-distribution-des-journaux-le-conseil-national-des-droits-de-lhomme-cndh-senquiert-de-la-situation-de-la-presse


Le Bureau exécutif du Groupement des Editeurs de Presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) a reçu en audience, mercredi 16 février 20222, à son siège sis à Adjamé 80 logements, une délégation du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). 

Le CNDH a dit se préoccuper de la situation de la presse ivoirienne sinistrée et qui rencontre d’énormes difficultés pour la distribution des journaux. Il s’agissait pour les visiteurs d’avoir plus d’informations pour comprendre ce qui se passe et voir dans quelle mesure ils pourraient intervenir pour soulager ce secteur. 

Après les échanges de civilités, le secrétaire exécutif, André Ouohi, au nom du bureau  Gepci, a présenté l’état des lieux actuel du secteur de presse écrite qui se porte mal à cause notamment de la mauvaise politique de distribution des journaux sur l'étendue du territoire, de la chute drastique des chiffres de vente, du non-paiement des recettes de vente par Edipresse, de la pression des imprimeurs qui exigent désormais des paiements cash, de l’application de la convention collective qui pèse sur les entreprises et de la suspension de la subvention pourtant liée à l’application de la convention collective.

Il n’a pas omis de signifier les effets désastreux du Covid qui dure depuis trois (3) ans. Ce qui crée des tensions de trésorerie, la dette fiscale impossible à gérer, les arriérés de cotisation de la CNPS et les difficultés à faire face aux cotisations de l'assurance-maladie (MS Média).

Après cet exposé, les émissaires de la CNDH ont posé des questions pour mieux appréhender la situation. Ils ont promis de rendre compte à leur premier responsable, Mme Namizata  Sangaré.

Solange ARALAMON

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Belgique : Un enfant de 5 ans tué par son beau père

Le rachat de Twitter par Elon Musk menace la liberté de la presse, selon la FIJ