Assainissement : le Premier ministre Patrick Achi lance les travaux de construction des ouvrages de drainage des eaux pluviales à Abobo





assainissement-le-premier-ministre-patrick-achi-lance-les-travaux-de-construction-des-ouvrages-de-drainage-des-eaux-pluviales-a-abobo


Le Premier ministre, Patrick Achi, a procédé, jeudi 10 mars 2022, au lancement des travaux de construction des ouvrages de drainage des eaux pluviales à Anonkoua Kouté (commune d'Abobo).

« Ce projet d’assainissement et de résilience urbaine (PARU) que nous lançons aujourd’hui, d’un coût de 155 milliards de FCFA, va durer 15 mois. L’ouvrage va changer la commune d’Abobo, la qualité de la ville, quelles que soient les conditions météorologiques », a indiqué Patrick Achi.

Selon le Premier Ministre, le projet fera d’Abobo, une commune « rayonnante et prospère ». Cela dénote de l'engagement du gouvernement en faveur du ''développement durable et solidaire'' visant à améliorer concrètement la vie des Ivoiriens.

Avec le PARU, a souligné le Chef du gouvernement, l’Etat de Côte d’Ivoire a entrepris de réduire la vulnérabilité des populations aux inondations dans de nombreuses zones urbaines, notamment à Abobo.

Le Premier Ministre a rappelé que dans le cadre de la mise en place d’un système de drainage des eaux pluviales à Abidjan, ce sont près de 32 kilomètres de canalisation d’un investissement de 55 milliards de FCFA qui ont été déjà réalisés à Cocody et à Yopougon en 2021. Aussi un schéma directeur de l’assainissement et de drainage du district d’Abidjan a été élaboré avec pour objectif de réduire significativement la charge polluante des eaux usées et de drainage, etc.

Ces travaux lancés ce jour, consisteront à construire et à réhabiliter le réseau de drainage primaire et secondaire associé à des travaux routiers d'environ 7 500 mètres linéaires. La réalisation de cette infrastructure vise à atténuer les risques d'inondation et d'améliorer la gestion des déchets solides.

CICG

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Manifestations au Liban: Beyrouth comme un champ de bataille

Navarro et nous