Situation au Mali, en Guinée et au Burkina Faso : voici les décisions prises par la CEDEAO





situation-au-mali-en-guinee-et-au-burkina-faso-voici-les-decisions-prises-par-la-cedeao

Les chefs d'État de la CEDEAO maintiennent leurs sanctions



Réunie en sommet extraordinaire à Accra, au Ghana, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a arrêté des décisions concernant le Mali, la Guinée et le Burkina Faso.

Concernant le Mali, après avoir déploré l’absence du chef de la junte militaire Assimi Goita, les chefs d’État ouest-africains ont engagé les autorités de la transition à s’inscrire pour une période complémentaire de 12 à 16 mois pour l’extension de la transition. Ce délai court à partir du 15 mars 2022. La Conférence des chefs d’État a également décidé de maintenir les sanctions prises le 9 janvier 2022 à l’encontre du Mali.

La CEDEAO menace la Guinée de sanctions économiques et financières si un chronogramme acceptable de la transition n’est pas défini au plus tard le 25 avril 2022.

Les chefs d’État de la CEDEAO, tout en réitérant « sa ferme condamnation du coup d’État du 24 janvier 2022 », exige la libération inconditionnelle et sans délai du président Roch Marc Christian Kaboré. Ils demandent la finalisation d’un chronogramme acceptable de la transition au plus tard le 25 avril 2022 sous-peine de sanctions économiques et financières.

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Processus électoral : "Le Ouattara qui faisait trembler la Côte d’Ivoire est isolé et affaibli" (Koulibaly)

Une bande de maisons manque de partir en fumée à Yopougon Académie des mers