Football ivoirien : Baky Koné promet un avenir meilleur avec Didier Drogba





football-ivoirien-baky-kone-promet-un-avenir-meilleur-avec-didier-drogba


L'ex international ivoirien Koné Bakari dit Baky a affiché son soutien pour son ancien capitaine en sélection, Didier Drogba dans le cadre de l'élection à la présidence de la Fif.  Dans une vidéo postée sur la toile, il a fait savoir que le projet porté par l'ancien buteur de Chelsea garantit un avenir meilleur aux jeunes footballeurs ivoiriens ainsi qu'à leurs différentes familles.  
"Il va falloir qu'on mette un peu plus l'accent sur la protection de nos jeunes, et ça, le projet Renaissance nous le donne. Au niveau des assurances et des blessures. Il y a pas mal de gamins qui sont décédés sur le terrain, à l'entraînement. Ils avaient des enfants, et leurs familles, et qu'est ce que les parents ont après ça. A vous, chers présidents, à partir du programme de la Renaissance, les sponsors, vous allez en avoir. Les centres d'entraînement, vous allez en avoir. Les assurances, et tous ce qu'il faut pour que vos clubs soient bien, et que vos joueurs soient épanouis et qu'ils donnent le meilleur d'eux, vous allez en avoir", a-t-il rassuré.  
Un message qui s'ajoute à celui qu'il avait lancé à l'endroit des dirigeants de clubs ivoiriens ce mercredi lors d'une cérémonie de soutien à Didier Drogba, organisée par plusieurs anciens footballeurs ivoiriens toutes générations confondues.  
"Je sais que le changement fait peur. Mais , n'ayez pas peur d'aller au changement. Didier Drogba est celui qu'on doit choisir. Il connaît le football ivoirien, il connaît les difficultés. Il a un nom pour rehausser notre football. Les clubs souffrent, les joueurs se plaignent. Didier Drogba a la solution de vos problèmes. Nous sommes là pour montrer que Didier Drogba n'est pas seul dans ce combat" avait dit Baky.  

GZ 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Coup de force au Soudan: le général al-Burhan annonce la dissolution des autorités de transition

Sommé de quitter la France, Soro Guillaume répond à Emmanuel Macron