Journée mondiale de la sécurité au travail : Une parfumerie partage ses expériences avec ses partenaires





journee-mondiale-de-la-securite-au-travail-une-parfumerie-partage-ses-experiences-avec-ses-partenaires


En marge de la journée mondiale et la sécurité et du travail, célébrée le 28 avril, une société de parfumerie a au cours d’une cérémonie tenue ce jeudi dans ses locaux, partagé ses expériences en matière de sécurité en tant qu’entreprise ayant été victime d’incendie en 2013.

Pour le directeur général de cette parfumerie, Gandour Gandour, cette journée est une opportunité pour lui de démontrer son engagement permanent et illimité à la promotion de la santé et la sécurité au travail.

« Depuis l’incendie de 2013, la NPG (Nouvelle parfumerie Gandour) a mis à niveau son dispositif de prévention et a veillé à fournir à l’ensemble du personnel des conditions de travail favorable », a rappelé M. Gandour, ajoutant qu’il est primordial d’avoir une politique pour supporter et appuyer la sécurité, que ce soit en terme d’équipement, de formation que de veille permanente pour répondre efficacement quand survient ce genre d’incident.

« On a vécu ça et on a compris l’importance d’être toujours vigilant, toujours aux côtés de nos équipes et collaborateurs », a-t-il poursuivi et de rappeler que depuis cet incendie ravageur, la direction générale s’est engagée à mettre en place les ressources nécessaires pour l’amélioration continue des performances en matière de sécurité et a instauré un climat de confiance avec ses partenaires, à travers plusieurs actions, entre autres : la mise à niveau de l’infirmerie et acquisition d’une ambulance et d’un défibrillateur la mise en place d’une cellule spécialisée dans la formation et la sensibilisation du personnel, le renouvellement du matériel de protection contre l’incendie (détection et intervention), et l’activation du comité de santé et sécurité au travail.

L’entreprise a aussi doublé le budget de formation sécurité depuis 2018 et a encouragé la remontée de l’information sur les incidents et les accidents, a ajouté le premier responsable de l’entreprise.

Le personnel n’est pas resté en reste. Il a été formé à la maîtrise des risques liés aux activités. Ainsi, 100% du personnel journalier et prestataires externes ont été formés en matière de sécurité, 25% formés en équipiers de première intervention en 2021 quand 15% du staff ont été formés en premier secours.

Ce qui a permis de réduire, selon la direction, de 30 % les accidents bénins entre 2020 et 2021 et zéro accident grave ou avec incapacité en 2021.

« Nous souhaitons à travers cette journée mondiale de la sécurité, renforcer nos relations de partenariats avec les institutions et créer un cadre d’échange dynamique avec les entreprises voisines pour une meilleure collaboration », a émis le premier responsable de cette société.

Lui emboîtant le pas, le directeur qualité, sécurité et environnement, Belhassen Sliti a ajouté, « l’objectif aujourd’hui, c’est de sensibiliser 700 personnes sur des sujets liés à la santé et la sécurité et de lancer la campagne zéro accident. Un objectif commun et une ligne directrice que tout le personnel va suivre durant cette année ».

Plusieurs autres partenaires ont été associés à cet événement. Pour M. Sliti, il est important d’associer ces partenaires internes (syndicats, partenaires sociaux et employés) et extérieurs que sont les institutions qui collaborent de façon étroite avec eux, car a-t-il justifié, la notion de culture de sécurité ne peut pas se faire à l’échelle interne de l’entreprise.

« Donc c’est important aujourd’hui de les impliquer, de leur dire, voilà notre travail, voilà ce qu’on est en train de faire et renforcer à travers cette journée, cette relation de partenariat », a-t-il conclu.

Cette journée qui va tourner autour du thème « pour instaurer une culture de la santé et sécurité positive : agissons ensemble » sera meublée par des ateliers sur la sécurité incendie, l’intervention sécurité et les premiers secours.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

De Gbagbo à Ouattara

Soutien financier du gouvernement à des familles pauvres : Guikahué charge le régime Ouattara