Mode : « Grand-Bassam Fashion Day » ou quand la ville historique se pare de paillettes





mode-grand-bassam-fashion-day-ou-quand-la-ville-historique-se-pare-de-paillettes

Le Maire de Grand-Bassam a salué cette initiative qui met sa ville sous les projecteurs de ma mode



Grand-Bassam Fashion Day! Ou quand la ville historique se pare des paillettes de la mode. C'est ainsi qu'il serait idoine de qualifier cet événement conceptualisé par le Maire Jean-Louis Moulot, en partenariat avec Avant Garde Production qui s’est tenu samedi 7 mai 2022.

Sur le majestueux " T " trônant sur l'esplanade de la Mairie, Grand-Bassam Fashion Day a su faire partager du passé au présent, tout en se projetant sur le futur, l'histoire de la mode Made in Côte d'Ivoire.

Il en est ainsi du créateur Ibrahim Fernandez qui a su, à travers des matières soyeuses aux soupçons de filets, styliser la ville balnéaire. Entre légèreté rappelant la farniente à la plage, les mailles évoquant la pêche artisanale et la scintillance pour épouser le chic bassamois. A travers sa collection baptisée « De Bassam à Abidjan » qui a ouvert le rideau du défilé,  il a fait la démonstration de son talent qui se découvre au fil de ses créations.

Dans le même élan, avec une touche de graphisme monochrome, Franck Gnamien a exécuté la note finale d'un festival du textile et de l'habillement appelé à être une institution, sous une salve d'applaudissements d'un public conquis. Entre temps, le génie créateur des stylistes Dieudonné Tra et Michaël Trah, ont sublimé les fashionistas. De même que les collections des créateurs Konnis, Ligne Indigo, El Shaddai, Guy Landry, Colombie Création, Yohou Couture, Roca Yapo. La conjonction de coordination entre l'héritage culturel de la première capitale de la Côte d'Ivoire et la projection vers l’avenir a été l'affaire du défilé " Maman Bassam ". Une évocation de la marche glorieuse des femmes contre l'oppression coloniale qui a débouché, en 1949, à la libération de leurs époux incarcérés dans leur quête d'indépendance du joug impérialiste.

Et ce, au grand bonheur du Maire Jean-Louis Moulot et ses convives, au nombre desquels la sénatrice Marie Irène Richmond Ahoua. Il a indiqué dans son adresse,  que du 7e art, à la musique, en passant par l'artisanat d'art, la cité insulaire est un vivier culturel intarissable. Et qu'en plus d'être l'un des fleurons du Tourisme et des Loisirs de la « Sublime Côte d'Ivoire », Grand-Bassam ajoute une corde supplémentaire à son arc créatif et attractif : carrefour de la création vestimentaire. Dont Grand Bassam Fashion Day est la matrice.

Avant le show-défilé qui s'est donc révélé sublime, le samedi, le Centre de Culture Jean-Baptiste Mockey, de la Cité centenaire, patrimoine mondial de l'UNESCO, a servi de cadre à une Masterclass, le vendredi 6 mai. Trois icônes, Pathé 'O, Gilles Touré et la Maison Michèle Yakice, représentée par la non moins experte, Michèle Okei, ont édifié l'auditoire des férus de mode et les néophytes sur une triple thématique: " Valorisation du textile africain "; " Le prêt-à-porter comme rampe de lancement du développement de la mode " et " La formation comme facteur de l'essor de la mode ". Une session qui a été présidée par le 2e adjoint au maire de Grand Bassam, Guy Daniel Ouegnin. Ce dernier a salué la portée didactique et opératoire de cette Masterclass.

Solange ARALAMON

 

 

En lecture en ce moment

Point de la situation de la COVID-19 au samedi 15 mai 2021

Reprise des élections municipales à Port-Bouët : Ambiance morose dans les QG de campagne