Interdiction de fumer dans les transports en commun : le Programme national de lutte sensibilise les acteurs du secteur





interdiction-de-fumer-dans-les-transports-en-commun-le-programme-national-de-lutte-sensibilise-les-acteurs-du-secteur


Le Programme national de lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme et les autres addictions (PNLTA) et les principaux acteurs du secteur des transports en commun ont accordé leur violon relativement à l’application du décret d’interdiction de fumer dans les transports en commun.

Au cours d’une rencontre tenue ce mardi à la salle de conférence du PNLTA, chef de service Information, Éducation et Communication (IEC), Dr Koffi Nestor, a fait savoir que cette activité s’inscrit dans le cadre de la campagne nationale de sensibilisation 2022, lancée le 14 avril dernier. 

« Nous avons jugé utile de sensibiliser davantage les transporteurs sur l’application du décret portant interdiction de fumer dans les lieux publics et dans les transports en commun. Chaque jour, nos concitoyens voyagent dans les véhicules en commun et sont exposés à la fumée de cigarette. Ce qui représente une menace pour la santé de ces derniers », a justifié Dr Koffi.

A travers cette rencontre, le PNLTA entend solliciter le soutien des responsables syndicaux, des chefs de gars et des chauffeurs quant au respect du décret.

Après la phase de sensibilisation, viendra la phase de répression, a averti Dr Koffi ajoutant que la sensibilisation vise aussi à aider ceux qui sont pris au piège du tabagisme à en sortir et à décourager les potentiels nouveaux fumeurs »,

Des associations de chauffeurs, notamment l’Association pour les Droits et Devoirs des chauffeurs de Côte d’Ivoire et de l’Association des chauffeurs de poids lourds en Côte d’Ivoire, disent apprécier cette initiative et ont souhaité que des actions de terrain soient menées pour accentuer la sensibilisation.

 « Nous nous engageons à être des relais dans nos différents rayons d’action. Nos amis doivent respecter le décret d’interdiction de fumer dans les lieux publics et dans les transports en commun. Mais pour y arriver, il faut qu’on leur explique les différents décrets et la loi en vigueur relativement à la lutte anti-tabac en Côte d'Ivoire », a indiqué Koné François président de l’Association pour les Droits et Devoirs des chauffeurs de Côte d’Ivoire.

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

12 août 2019 - 12 août 2021 : 2 ans déjà que Arafat DJ a laissé "la Chine" sans président

Fête de travail/Cherté de la vie : la FESACI dénonce le coût élevé du ciment malgré l’existence de nombreuses cimenteries