‘’Trous de mémoire’’ d’aventuriers politique ?







Il y a évidemment une nouvelle race de politiciens qui est en train de s’agiter depuis quelques mois dans ce pays. Des vendeurs d’illusion. Des aventuriers politiques qui se prennent pour des incontournables sans lesquels tout doit être sens dessus-dessous. A quelques mois de la présidentielle d’octobre 2020, ils sont sortis de leur ‘’trou’’ pour crier déjà au loup, à un hold-up électoral avant même les joutes. Une élection se gagne-t-elle en ‘’coiffant’’ la Commission Electorale Indépendante (CEI) ? Cette opposition en manque de propositions fait une fixation de remplacement des hommes qui ont dirigé jusque là cette institution. L’ex-Première dame, Simone Ehivet Gbagbo a retrouvé sa verve d’hier, pour déclarer de manière péremptoire, « nous ne voulons pas d’une CEI qui va encore envoyer la guerre. » non, ce qui a provoqué la crise postélectorale en 2011, c’est son refus avec son époux de reconnaître leur défaite lors de la présidentielle de 2010. C’est elle qui a incité l’ex-chef de l’Etat à rejeter le verdict des urnes. Qu’elle ne vienne pas aujourd’hui tronquer l’histoire et la vérité. Même le patriarche de ‘’Pépressou’’ Daoukro, grand bénéficiaire hier de cet organe d’organisation des élections en Côte d’Ivoire ne veut plus des hommes qui l’ont dirigé jusque là. Non, ‘’N’Zuéba’’, toi aussi ? Youssouf Bakayoko n’est pas un homme lige du président Alassane Ouattara, mais plutôt de l’ancien chef de l’Etat, Henri Konan Bédié qui l’a proposé lui-même à Ouattara pour sa nomination à la tête de la CEI. Youssouf Bakayoko est devant l’Eternel, un haut cadre du PDCI-RDA. S’il y a quelqu’un qui devait se plaindre de Youssouf Bakayoko, c’est bien le président Alassane Ouattara, car ce natif de Séguéla n’est pas de son bord politique. M        ais l’élu des Ivoiriens n’a jamais contesté Youssouf Bakayoko. L’opposition dite significative du pouvoir actuel, souffre-t-elle de ‘’trous de mémoire’’ ou même de sénilité ? C’est le cas de s’interroger sur les revendications farfelues, les niaiseries de ces aventuriers politiques à la mémoire sclérosée. Elle fait preuve aujourd’hui de mauvaise foi tout simplement. Parce que toutes les formations politiques les plus représentatives y siègent. N’est-ce pas un faux débat, de mauvaises querelles ? L’opposition au président Ouattara souffre d’amnésie, de troubles de mémoire ou de sénilité. Et c’est vraiment inquiétant pour la paix et la stabilité retrouvée aux pris de mille et un sacrifice.

Bonne lecture et à la semaine prochaine inch’Allah !

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire /Injures contre la présidente de l’UFPDCI : le parti dépose une plainte contre le député Mariam Touré

Noces d'étain de la Paroisse Sainte Trinité de Koumassi-Sicogi : Monseigneur Ahoua Raymond salue la solidarité des fidèles