Téléphonie : La Tanzanie augmente ses recettes grâce à un système de surveillance de son trafic téléphonique





Tanzanie,téléphonie,supervision trafic


Le système de supervision du trafic des télécommunications(TTMS) mis au point depuis 2013 par Global Voice Group, fournisseur de solutions informatiques de gouvernance fiscale et télécoms, a permis à la Tanzanie, pays de l’Afrique de l’Est, d'augmenter conséquemment ses ressources financières, indique un communiqué de cette structure, dont copie est parvenue à pressecotedivoire.ci.

Selon la note, ce dispositif, mis en place depuis 2013 a permis à la Tanzanian Communication  Regulatory Authority (TCRA) de se distinguer en devenant le premier régulateur au monde à recourir aux technologies de l’information pour superviser les revenus de l’industrie des télécoms.

Lors de sa mise en œuvre en 2013, le système prévoyait le versement de 28 % des recettes des télécommunications internationales à l’Etat. Une manne financière qui devrait permettre au pays d’engranger jusqu’à 20 milliards de shillings tanzaniens (8,6 millions de dollars) par an".

Après cinq ans d'activités, le bilan est jugé "satisfaisant et très prometteur".

"Entre octobre 2013 et septembre 2018, ce sont 93 milliards de shillings tanzaniens (environ 40 millions de dollars) qui ont été collectés grâce à la supervision des appels internationaux entrants", indique le document. 

Grâce à la sécurisation des transactions d’argent mobile, le TTMS a contribué au développement de petites entreprises, notamment au bénéfice des femmes à qui il a permis de passer d’une agriculture de subsistance à la création de micro-entreprises ou à la vente de produits.

Ce système est bénéfique non seulement à l'État et aux opérateurs locaux, mais aussi aux consommateurs avec l’amélioration de la qualité de service sur les appels internationaux.

Ces résultats ont été possible grâce au déploiement d’un Système de supervision de l’interconnexion (ISM, une plateforme de collecte et de traitement de métadonnées télécoms en temps réel pour la facturation et la surveillance réglementaire du trafic national et international, à l’intégration de Telecom, une plateforme automatisée permettant de détecter les lignes frauduleuses qui contournent les portails internationaux autorisés et la mise en place d'une plateforme de collecte et de traitement de données des services d’argent mobile (M3)  permettant au régulateur de superviser les revenus générés par les opérateurs via les transactions mobiles. 

Ces données qui sont partagées avec l’autorité de régulation et la Banque centrale permettent une régulation stricte du marché des services d’argent mobile – l’un des plus développés du continent avec des transactions qui représentent plus de 50 % du PNB de la Tanzanie – et garantit la conformité aux lois et réglementations du pays. 

Le tout est couronné par une autre plateforme centralisée dédiée au suivi et à la lutte contre les équipements frauduleux. 
Une innovation qui devrait pouvoir servir d’exemple à d’autres pays africains pour renflouer les caisses de l’Etat. 

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Sécurité : Le gouvernement annonce la création d’une base militaire à l’aérodrome de Daloa

Deuil : Mel Eg Théodore est décédé