Saison des pluies : La galère des commerçants





saison-des-pluies-la-galere-des-commercants

les commerçants redoutent la saison des pluies



La saison des pluies a démarré depuis le mois de Mai 2022. Les pluies diluviennes qui s’abattent presque quotidiennement sur le pays depuis plus de deux semaines ne sont pas de nature à faire sortir les clients et faciliter les transactions commerciales.

Durant cette période, les commerçants, de jour comme de nuit ne savent plus où mettre la tête. Surtout pour ceux qui sont dans le secteur informel, c’est la disette générale.

Mme Taîba, vendeuse de poissons braisés à Koumassi se plaint de ce que la pluie l’empêche de bien mener son activité. « Avant la pluie, je vendais à partir de 18h et ce, jusqu’à minuit, voir une heure du matin. Et je pouvais avoir comme recette entre 100.000f CFA  et 200 000 f CFA par jour. Mais depuis la saison des pluies, c’est difficile de rester jusqu’à 22h. Les clients se font rares. Je gagne à peine 50.000f CFA », explique- t-elle.

Comme elle, Aminata, tresseuse sous un hangar de fortune à Marcory explique que c’est la saison de disette. « Je tresse en générale les fillettes. Avec les pluies, l’eau ruisselle sous le hangar qui n’est pas couvert. Du coup, je n’ai plus de cliente. Je passe toute la journée là et je retourne bredouille à la maison. Cela dure depuis environ 10 jours » dit –elle avec un brin d’amertume.

Une vendeuse de mèches que nous avons rencontré à Adjamé déclare que  « c’est tôt le matin que commencent ces pluies. Ce qui empêche les clientes de sortir de chez elles. Alors que c’est  cette activité qui me permet de venir en soutien à mon époux dans certaines charges de la maison. Surtout avec ces vacances où les enfants sont à la maison».

Certains commerçants affirment être habitués à ces passages à vide pendant les saisons des pluies. C’est pourquoi, Patricia, esthéticienne professionnelle confie que pendant cette période, pour ne pas perdre sa clientèle, elle fait des prestations à domicile.

Même son de cloche pour Mme Hermance Amangoua du Restaurant « Chic Pavillon de sa Majesté », situé à la Riviéra-Faya qui privilégie les repas à emporter. Pour ce faire, elle a multiplié le nombre de livreurs pour satisfaire ses clients

Comme pour dire que le succès dans le commerce, c’est aussi la saine appréciation des réalités du moment et une bonne dose de capacité d’anticipation pour éviter les surprises.

Solange ARALAMON

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Après sa tournée en Afrique de l’Ouest, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa testé positif à la Covid-19

Côte d’Ivoire / Le canal de Vridi élargi et approfondi ouvre de nouvelles perpectives pour le PAA ( DG )