L’assassinat de Shinzo Abe choque partout dans le monde





lassassinat-de-shinzo-abe-choque-partout-dans-le-monde

Un ancien de la marine japonaise a tiré à bout portant sur Shinzo Abe. Il dit avoir gardé rancune à une certaine organisation et avoué avoir commis le crime parce qu'il croyait que l'ancien Premier ministre Abe lui était lié



L’assassinat de l’ancien premier ministre japonais Shinzo Abe dans l’un des pays les plus sûrs du monde, vendredi, a stupéfié les dirigeants mondiaux et a été condamné de toute part, l’Iran le qualifiant d’« acte de terrorisme » et l’Espagne dénonçant « l’attaque lâche ».

M. Abe, 67 ans, a été abattu par-derrière à Nara, dans l’ouest du Japon, alors qu’il prononçait un discours. Il a été transporté par avion à l’hôpital, mais ne respirait plus et son coeur s’était arrêté. Il a été déclaré mort plus tard à l’hôpital. M. Abe était le leader du Japon ayant servi le plus longtemps avant de démissionner en 2020 pour des raisons de santé.

Le premier ministre japonais Fumio Kishida, qui est revenu à la hâte à Tokyo alors qu’il participait à des événements de campagne à travers le pays, a qualifié la fusillade d’« ignoble et barbare ».

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a réagi sur Twitter.

« L’assassinat (d’Abe Shinzo) est extrêmement troublant – et j’en suis profondément attristé. Le monde a perdu un grand visionnaire, et le Canada un proche ami. Je suis de tout coeur avec son épouse Akie et les Japonais, qui pleurent son décès. Tu nous manqueras, mon ami », a-t-il écrit.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, s’adressant aux ministres des Affaires étrangères japonais et sud-coréen lors d’une réunion trilatérale à Bali, a déclaré que l’assassinat de M. Abe était « profondément troublant » et une « perte personnelle pour tant de personnes ».

« Pour les États-Unis, le premier ministre Abe était un partenaire extraordinaire et quelqu’un qui était clairement un grand leader pour le Japon et le peuple japonais », a déclaré M. Blinken, ajoutant que M. Abe, pendant son mandat, « a apporté la relation entre nos pays ― les États-Unis et le Japon ― vers de nouveaux sommets ».

Des dirigeants, de la Turquie jusqu’à Singapour ont condamné l’attaque. Le premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié la fusillade de « méprisable ».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a offert sur Twitter ses « plus sincères condoléances à sa famille et au peuple japonais en cette période difficile ».

« Cet acte de violence odieux n’a aucune excuse », a-t-il ajouté.

Lire sur ledevoir.com

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Concours de police 2020 : voici comment se fera le dépôt des dossiers hors du grand Abidjan

Deuil : Le Général Akissi Kouamé est décédé