Après la sortie du PPA-CI, le RHDP réplique : « la grâce présidentielle accordée à Gbagbo ne procède ni d’une obligation ni d’un compromis »





apres-la-sortie-du-ppa-ci-le-rhdp-replique-la-grace-presidentielle-accordee-a-gbagbo-ne-procede-ni-dune-obligation-ni-dun-compromis


Deux jours après la sortie du porte-parole du Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI), Justin Koné Katinan, relative aux décisions prises par le président de la République Alassane Ouattara en faveur de son prédécesseur Laurent Gbagbo, la réaction du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti au pouvoir), ne s’est pas faite attendre.

Le porte-parole principal du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani, a, au cours d’un point presse tenu jeudi au siège annexe du parti, à Abidjan-Cocody dit avoir lu « avec une grande surprise diverses déclarations provenant des instances dirigeantes de ce parti, qui s’est ouvertement insurgé contre la mesure de grâce présidentielle accordée à son président M. Laurent Gbagbo ; estimant que ce dernier devrait plutôt bénéficier d’une loi d’amnistie ».

A lire: Grâce présidentielle accordée à Gbagbo : le PPA-CI demande la prise d’une loi d’amnistie en lieu et place de la grâce

Au cours de son rendez-vous mensuel dénommé « la tribune du PPA-CI », le porte-parole Koné Katinan a estimé que la grâce présidentielle accordée à leur leader Laurent Gbagbo, ne répond pas aux attentes légitimes des Ivoiriens, révélant que le dialogue politique a préféré l’option de l’amnistie, qui a vocation à effacer les faits, plutôt que la grâce qui laisse subsister ceux-ci.

Pour le parti au pouvoir, la grâce présidentielle accordée à Laurent Gbagbo, par le chef de l’Etat, ne procède ni d’une obligation légale, ni d’un compromis politique, mais de la seule volonté du président de la République de renforcer la paix et la cohésion nationale.

« Il est par conséquent difficile de comprendre l’attitude du PPA-CI qui, au lieu d’exprimer sa gratitude au président de la République pour sa sollicitude à l’égard de M. Laurent Gbagbo, lui brandit plutôt une exigence ; celle de faire adopter une loi d’amnistie », s’est insurgé Kobenan Kouassi Adjoumani, invitant particulièrement le PPA-CI à faire preuve de retenue et de pondération dans l’expression de ses revendications.

« Avant de demander plus, il faut avoir l’humilité et la modestie de reconnaître et de saluer ce que l’on nous concède », a-t-il conseillé.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Dossier - Education nationale : Les COGES, un boulet au pied des parents d’élèves

Revue de presse : Depuis Londres, Soro se signale encore