Chute des ventes des journaux : les propositions du président du Groupements des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire





chute-des-ventes-des-journaux-les-propositions-du-president-du-groupements-des-editeurs-de-presse-de-cote-divoire


Le président du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire, Zohoré Lassane, invité à se prononcer sur la chute des ventes des journaux ces dernières années, a réaffirmé qu’il y a urgence à se pencher sérieusement sur la situation de la presse qui vit des moments difficiles du fait d'une crise mondiale qui frappe ce secteur devant la montée en puissance des médias en ligne.

L’Autorité nationale de la presse (ANP) a rendu public, les statistiques de vente des journaux pour le 2e trimestre 2022. Des données qui enregistrent une baisse de 13,8 % par rapport au premier trimestre.

Selon des statistiques, les chiffres de vente des journaux baissent à une vitesse vertigineuse, et ce, depuis plus de 10 ans.

En vue de trouver des pistes de solutions à cette baisse, le Cénacle des journalistes seniors a organisé, ce jeudi 25 août 2022, à la Maison de la Presse d’Abidjan, un panel en vue de proposer des pistes de solution à cette chute.

Le président du Gepci a à cet effet égrené quelques pistes de solutions, qui exploré, pourraient aider, selon lui, à mener la réflexion pour la réhabilitation de ce secteur.

Il s’agit entre autres de la formation des patrons de presse à la gestion d’une entreprise, de la restauration de l’image de la presse et des journalistes par une campagne de communication, de la structuration et de l’amélioration de la gouvernance des entreprises par la mise en place de règles de procédures, de l’identification de son lectorat à travers un sondage et de la diversification des offres à travers le développement des projets d’événementiels.

M. Zohoré propose aux entreprises de presse de se transformer progressivement en groupe multimédia en s’appuyant sur des spécialistes de l’économie numérique qui maîtrisent bien le système de monétisation et d’exploiter à travers la SEPCI, des marchés non pris en compte par Edipresse, comme l’abonnement groupé et le portage.

Outre ces propositions, le premier responsable des éditeurs sollicite un appui plus soutenu de l’Etat à travers l’ASDM et son implication à travers ses régies pour l'optimisation des recouvrements de la taxe sur la publicité (TSP), la centralisation et la redistribution de la publicité institutionnelle à l’ensemble des entreprises de presse et plaide également pour la mise en place d’un régime fiscal spécifique à la presse.

Pour lui, continuer de croire qu'on peut se développer uniquement avec le journal papier relève de l'utopie ou d'un manque de clairvoyance managériale.

« Il apparaît donc indispensable de diversifier ses activités. Le journal restera la vitrine de l'entreprise, mais il faudra développer d'autres médias audiovisuels en ligne et des activités rémunératrices », a-t-il proposé en guise de conclusion.

Ce panel qui a été animé par quatre personnalités du monde de la presse, à savoir Samba Koné, président de l'Autorité nationale de la Presse, Zohoré Lassane, président du Groupement des Éditeurs de Presse de Côte d'Ivoire, Ferro Bally, ancien rédacteur en chef de "Fraternité Matin" et Dr David Youant, directeur général de Alerte Info.

Il a tourné autour du thème : « Comment adapter la presse aux nouvelles attentes des consommateurs ? État des lieux, défis et pistes de solutions ».

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Après le PPA-CI, une délégation de la Reine mère du peuple du Ghana en Côte d’Ivoire chez Blé Goudé

Le poisson “faux thon” retiré de la liste des produits plafonnés par le gouvernement