Arrestation de Pulchérie Gballet : "Si rien n’est fait, la société civile se considérera comme prisonnière '' (Samba David)





arrestation-de-pulcherie-gballet-quotsi-rien-nest-fait-la-societe-civile-se-considerera-comme-prisonniere-samba-david

Samba David lors de la conférence de presse



Le président de la Coalition des indignés de Cote d’Ivoire, Samba David, lors d'une d'une conférence de presse, mercredi  07 septembre 2022, à Yopougon-Niangon, a qualifié d'abus, l'arrestation de Pulchérie Gbalet, présidente d'Alternative citoyenne ivoirienne (ACI). Répondant au communiqué du procureur de la République sur la question et se référant à la loi n° 2014-388 du 20 Juin 2014 portant promotion et protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, il a jugé injuste l'incarcération de sa consoeur de la société civile. D'autant plus que, selon lui, l’article 5 de cette loi stipule que les défenseurs des droits de l’homme ne peuvent être poursuivis, recherchés, arrêtés, détenus ou jugés à l’occasion des décisions émises et des rapports publiés dans l’exercice de leurs activités.

Samba David considère que Pulchérie Gbalet est victime d'un complot. C'est pourquoi, il a demandé à la justice ivoirienne de libérer dans un bref délai la présidente de l'organisation Alternative citoyenne ivoirienne.

« Nous demandons à la justice de juger et non de venger. Le procureur est là pour protéger en toute légalité et non pour venger », a-t-il fait remarquer. Avant d'ajouter : « Si d’ici là rien n’est fait, nous la société civile, nous nous considérerons tous comme prisonniers, nous allons prendre nos affaires et nous rendre dans les commissariats les plus proches et nous constituer prisonniers afin de séjourner tous à la MACA ».

Le conférencier est également intervenu sur l’affaire des soldats ivoiriens arrêtés au Mali. Selon Samba David, la situation traine parce que les acteurs politiques ivoiriens sont divisés. Pour lui, la résolution de cette affaire repose sur le président Ouattara. Il pense que la libération des prisonniers politiques détenus à la Maison d’arrêt et correction d’Abidjan, depuis la crise post électorale de 2011 et le retour des exilés politique pour une paix véritable en Côte d’ivoire, favorisera la libération des soldats retenus au Mali.

 

Florencia Gueu

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Report de la finale de Miss Monde 2021 : Voici les dernières décisions

Déclaration du RAMEDE-CI face aux violences sexuelles sur les mineurs