Debordo Leekunfa en colère : Voici la raison





debordo-leekunfa-en-colere-voici-la-raison


L’artiste coupé-décalé, Debrodo Leekunfa, est très remonté. Il n’est pas du tout content de la diva de la musique ivoirienne, Aïcha Koné, qui a fait une chanson pour le chef de la junte militaire au pouvoir au Mali, Assimi Goïta. Pour l’ex-compère de DJ Arafat, ce n’est pas normal. Dans une publication sur les réseaux sociaux, il l’a clairement signifié.
« Comment quelqu’un qui prend en otage des pères de famille, enfants des gens, en plus tes frères ivoiriens, même si tu n’aimes pas le dirigeant actuel, tu ne peux pas te permettre de faire les éloges, et de même chanter pour Assimi Goïta et sa bande ! », a-t-il martelé. Avant d’interroger Aïcha Koné : « Dis-moi maman Aïcha Koné, quel artiste malien  as-tu vu en train de chanter pour le président ado ? Même pour demander la libération de nos soldats publiquement, personne n’a pu le faire. Aucun artiste malien ! Mais c’est en Côte d’Ivoire que la politique vous rend fou au point de mélanger appartenance politique et patriotisme. Pire ! Il y a des gens qui trouvent un moyen de te soutenir ». 

 

A lire également : A propos de sa chanson dédiée à Assimi, Aicha Koné : « On ne peut pas plaire à tout le monde… »

 

Rappelant à celle qu’il appelle maman que parmi les soldats ivoiriens retenus au Mali, il y a ses fans, « et même leurs parents sont aussi des fans de ta musique».

Dans un single, Aicha Koné fait les éloges du chef de l’Etat malien. Ce qui a suscité une levée de bouclier contre elle sur les réseaux sociaux. De nombreux Ivoiriens se sont offusqués de la voir aller sur ce terrain alors que ce dernier retient encore 46 soldats dans son pays.
Interrogée sur une radio malienne, la mère de l’artiste Tchaga a expliqué sa démarche : « On ne peut pas plaire à tout le monde. Moi, je pense que le combat que mène aujourd’hui Assimi Goïta n’est pas celui du Mali seul. Je crois que nous allons nous en rendre compte plus tard. Il est sur la voie de continuer un combat mené par nos devanciers pour la liberté de l’Afrique. Si nous disons que nous sommes panafricains, nous devons comprendre les choses dans ce sens. Moi, je suis une artiste chanteuse et je soutiens Assimi parce que c’est un panafricain ».

 

Modeste KONE  

En lecture en ce moment

Six ans après, Vincent Toh Bi raconte l’attentat de Grand-Bassam

Portrait : Cissé Ali, "l’Invisible" devenu une étoile dans le cinéma ivoirien